En direct

Architectes de l'urgence : de la Picardie au Pakistan
Cliquer sur l'image pour l'agrandir (©Architectes de l'urgence) - ©

Architectes de l'urgence : de la Picardie au Pakistan

CHESSA Milena |  le 23/04/2008  |  InternationalArchitectureSommeFrance entièreProfessionnels

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

International
Réalisations
Architecture
Somme
France entière
Professionnels
Valider

Depuis sa création en 2001 par une poignée d'architectes humanistes picards, l'association Architectes de l'urgence met son expertise au service des populations sinistrées de la planète. Elle inaugure le 30 avril une école à Bheri, un village du Cachemire au Pakistan.

Inondations dans la Somme en 2001, naissance d’une école au Cachemire en 2008... Edward Lorenz aurait sans doute adoré l’histoire des "Architectes de l’urgence". Décédé le 16 avril dernier, le météorologiste, père de la théorie du chaos et de "l’effet papillon" (un battement d’aile de papillon au Mexique déclenche une tornade au Texas), aurait sans doute vu dans la dernière réalisation de cette fondation née après les intempéries qui inondèrent la Somme en 2001 et qui travaille aujourd’hui dans tous les pays touchés par des catastrophes naturelles, une belle démonstration de sa théorie.
Au départ donc, les intempéries de 2001 : "Nous étions architectes dans la Somme, investis de quelques responsabilités au conseil régional de l'Ordre des architectes", écrivent les Architectes de l’urgence en présentation de leur site internet. "Et comme tous les autres habitants de notre région, sinistrés : aucun moyen de transport ; les chantiers arrêtés, les maîtres d'ouvrages absents, les réunions annulées. "Chômage technique !" Un grand courant de solidarité s’est mobilisé autour des sinistrés, organisé et coordonné par des cellules de crise à la préfecture, et dans les mairies d'Amiens, d'Abbeville, et de chacune des localités sinistrées. Les architectes eux sont convaincus que l’une des questions essentielle des gens touchés est : "mon logement est-il encore habitable, ou bien est-il devenu dangereux ?". Ils savent que, par leur expertise technique et leur rapport privilégié avec tous les intervenants concernés par la question de la sécurité des habitations (techniciens, ingénieurs, usagers, locataires ou propriétaires, maîtres d'œuvre ou maîtres de l'ouvrage, ingénieur indépendant ou ingénieur d'un bureau de contrôle, élus ou administratifs), ils sont qualifiés pour répondre à la question et aider les gens. Ils créent donc l’association Architectes de l’urgence. Et ne se limitent plus à la France. Aghanistan, Europe Centrale, Algérie, Iran, Maroc, Bangladesh... Depuis plus de six ans maintenant, plus de 1200 architectes et ingénieurs interviennent dans plus de 20 pays. Séisme, inondation, guerre, les équipes portent assistance à toute personne en détresse, en travaillant à leur mise en sécurité, au relogement des populations sinistrées et à la scolarisation des enfants.

A 17 000 km de la baie de Somme
D’où le Cachemire, touché par un séisme le 8 octobre 2005. Les Architectes arrivent au Pakistan le mercredi 12 octobre 2005. A plus de 17 000 km de la Picardie. Quatre jours seulement après le tremblement de terre. La première action d’Olivier Le Gall, le chef de mission est de se rendre immédiatement dans la zone affectée avec des confrères de l’Institut des Architectes Pakistanais afin d’analyser la situation mais aussi effectuer des diagnostics de maisons et de bâtiments publics. Puis des abris d’urgence sont construits pour permettre aux populations victimes de ce désastre de passer l’hiver dans des conditions acceptables. Enfin on met en place un volet de formation des techniciens gouvernementaux aux évaluations de l’habitat mais également la réalisation et la distribution aux populations locales d’un guide de construction parasismique. C’est déjà beaucoup. Mais ce n’est que le début. Leur action se concentre alors sur la reconstruction d’une grande école pour filles à Bheri. Un défi technique pour les architectes français qui dessinent l’école. Ils doivent tenir compte d’un site placé en pleine montagne, assez difficile d’accès. L’école, un grand ensemble de 8 bâtiments doit s’étaler sur plusieurs niveaux. Et surtout ils doivent recevoir l’approbation de l’ERRA (Earthquake Rehabilitation and Reconstruction Authority) et répondre aux normes parasismiques. Cette école est aujourd’hui terminée. D'un coût global d'environ 250 000 euros elle a été financée par plusieurs partenaires (l’Association Patrick-Bourrat "Pour que l’école continue", la fondation Abbé-Pierre, la fondation Rainbow bridge, la fondation Somfy, UN-habitat, Veolia Water). Son inauguration, prévue le 30 avril réunira les bénéficiaires, les autorités, l’ambassadeur de France et le Directeur-général de l’ERRA, le lieutenant-général Nadeem Ahmed, etc.
L’aventure continue pour les Architectes de l’urgence. En 2007, l’association est devenue une fondation reconnue d’utilité publique par décret du Conseil d’Etat. Elle est désormais opérationnelle pour recevoir des fonds publics, en plus des dons des particuliers et des entreprises.
Adrien Pouthier

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Nouvelles architectures en métal

Nouvelles architectures en métal

Date de parution : 11/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur