Profession

Archidvisor invite les architectes sur la toile

Mots clés : Architecte - Hôtels et pensions de famille

Trouver un architecte ne doit pas être plus compliqué que de réserver un hôtel, louer une voiture ou faire ses courses de Noël. C’est la conviction des trois jeunes néo-Bordelais à l’origine d’Archidvisor, une plate-forme en ligne de mise en relation entre porteurs de projets et architectes.

Depuis novembre 2016, Adrien Martin, Aymeric Septvant et Aurélien Weiss, publient des appels d’offres pour des projets privés sur Archidvisor de 20 000 euros jusqu’à plusieurs millions pour une opération lancée par un promoteur. Le montant moyen s’élève à 150 000 euros avec des travaux qui, pour l’heure, portent principalement sur des extensions ou rénovations d’habitations. A ce jour, 130 projets ont été réalisés, 500 sont actuellement en cours d’accompagnement et 1 200 agences d’architectes sont référencées. «Quand j’étais collaborateur dans une agence d’architectes à Paris, on me demandait souvent des conseils pour des extensions de maison, alors que ce n’était pas mon domaine. Les gens préfèrent passer par le bouche à oreille, mais ils ne trouvent pas forcément la personne compétente.»

 

Mise en concurrence

 

Face à ce constat, Adrien Martin, diplômé de l’école d’architecture de Versailles, crée son site. «Cela permet de montrer aux gens qu’avoir recours à un architecte ne coûte pas plus cher et c’est un moyen de valoriser le métier», estime le fondateur d’Archidvisor. La start-up traite les demandes des porteurs de projets, les affine en direct afin d’avoir un projet abouti, publie un appel d’offres qui reste ouvert entre trois et sept jours selon les zones géographiques; les architectes soumettent leur proposition et trois d’entre eux rencontreront le client pour finaliser la proposition. Une fois le contrat signé, Archidvisor prend 7 % de commission pour se rémunérer. La start-up propose également une mission conseils pour les personnes qui ont besoin de se renseigner dans le cadre d’un achat, notamment: pour un forfait de 300 euros, l’architecte vient sur place. «Pour un premier rendez-vous, on peut avoir un architecte dans la demi-heure, si besoin», indique Adrien Martin. Chaque agence dispose d’une fiche de présentation sur laquelle figurent l’équipe, la philosophie et les réalisations.

 

Nouvelles parts de marché et visibilité accrue

 

Cette plate-forme est perçue par les architectes qui sont inscrits comme un coup de pouce pour le développement de leur agence et un moyen d’obtenir plus de visibilité. Morgan Guillot de l’agence HanUman a pu se positionner sur un projet tertiaire mené par un promoteur grâce au site. «Nous n’avons pas de réseau et pour une structure comme la nôtre, ça ouvre les champs.» Son agence est actuellement en lice pour un projet mené dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt de Bordeaux Métropole Aire. L’architecte apprécie également la notion de «concours» impliqué par la démarche du site et la qualité de l’étude menée en amont qui permet à l’agence de savoir comment se positionner. Nathalie Rodde Aragües, architecte bordelaise à la tête de son agence depuis 2014, a décroché via Archidvisor l’aménagement d’un équipement aquatique à Eysines pour 280 000 euros HT. «Je n’aurais pas eu accès à ce marché si j’avais fait les démarches de mon côté», reconnaît-elle. Les deux projets pour lesquels elle a été sélectionnée l’an dernier – le centre aquatique et une maison à ossature bois à Arcachon (200 000 euros) – sont en cours de livraison. Elle regrette cependant une certaine opacité quant au surcoût pour le client, lié à la commission ponctionnée par la start-up.

Au vu de la croissance de la start-up – augmentation du nombre d’appels d’offres et du «panier» moyen – et de l’intérêt qu’elle suscite dans le secteur du bâtiment – contacts avec Bouygues, Pichet et l’Ordre des architectes – les associés se montrent confiants. Après un premier chiffre d’affaires à 60 000 euros en 2017, il mise sur 300 000 euros en 2018 et plus d’un million d’euros en 2019. Une levée de fonds de 600 000 euros est actuellement cours, elle permettra à Archidvisor d’améliorer les outils de la plate-forme, de proposer des fonctionnalités destinées aux architectes et mettre en place un suivi client. «Faire appel à un architecte ne doit plus faire peur», garantit Adrien Martin.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X