En direct

Arbois Un parc ludique et pédagogique d'ici cinq à dix ans

JEAN-MARC MATALON |  le 28/02/1997  |  Collectivités localesEntreprisesTransportsBouches-du-RhôneParis

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Entreprises
Transports
Bouches-du-Rhône
Paris
Var
France entière
Nord
Haute-Garonne
Bas-Rhin
Loiret
Valider

Les projets poussent sur l'Europôle de l'Arbois, créé en 1991 par le conseil général des Bouches-du-Rhône, le conseil régional Paca, la CCI de Marseille-Provence, les villes d'Aix-en-Provence et Vitrolles. Après la gare TGV et le centre d'affaires prévus pour 2000, le site pourrait accueillir une sorte de « Futuroscope » tourné vers l'environnement et les civilisations de la Méditerranée. D'ici là, le directeur général du syndicat mixte de l'Arbois rêve de recevoir le Synchrotron. Entretien avec Claude Reynouard, son directeur.

Six ans après sa création, où en est l'Europôle de l'Arbois ?

CLAUDE REYNOUARD. L'idée de départ était d'utiliser ce plateau de 8 000 ha, quasiment inhabité et surtout idéalement situé entre l'agglomération marseillaise, l'étang de Berre et Aix-en-Provence, pour y attirer des centres de recherche et des entreprises innovantes.

La création d'un conseil scientifique et industriel a permis de définir des axes de développement porteurs et les moins concurrentiels avec les autres technopôles de la région : l'environnement, le logiciel et la communication homme/machine... En cinq ans, nous avons non seulement aménagé des routes, des ponts et des réseaux pour faciliter l'accès à l'Arbois, mais nous y avons aussi installé une entreprise high-tech, Capa Sesa (industrie du logiciel). Nous avons également accueilli le Centre européen d'entreprise et d'innovation multipolaire des Bouches-du-Rhône (CEEI), pépinière d'entreprises de l'Union européenne, ainsi que trois laboratoires de recherche spécialisés dans le domaine de l'environnement regroupés en centre de recherche (1). Aujourd'hui, nous proposons plus de 10 000 m2 disponibles pour les chercheurs ou les entrepreneurs.

Ces premiers pas peuvent paraître modestes en regard des immenses potentialités foncières et des sommes investies. Quand l'Europôle prendra-t-il sa vitesse de croisière ?

La montée en puissance a été régulière jusqu'à l'année dernière. Nous entrons à présent dans une seconde phase : celle des grands équipements privés ou publics qui vont structurer l'Europôle et donner à l'Arbois toute sa dimension. Dans les prochains mois, un projet de vaste parc pédagogique et ludique, centré sur l'environnement et les civilisations méditerranéennes, devrait être lancé, après un concours d'idées international. Ce parc, qui permettrait d'attirer le public, pourrait ouvrir ses portes d'ici à cinq à dix ans.

L'autre réalisation déterminante est encore plus proche de nous. Il s'agit de la gare TGV, dont la mise en service est prévue pour septembre 2000. Loin de concurrencer la gare Saint-Charles, cette gare permettra à la SNCF de gagner 40 % de passagers supplémentaires. L'Arbois ne sera plus qu'à 2h45 de Paris et offrira une connexion directe vers Toulon. Le chantier de la gare de l'Arbois démarrera en mai-juin 1998, et nécessitera 400 millions d'investissements. Ce projet devrait générer un quartier d'affaires près du complexe ferroviaire...

Quelles sont vos chances d'accueillir le projet de Synchrotron ?

Il n'y a aucun site dans tout le Sud susceptible d'accueillir un tel instrument scientifique. L'Arbois offre aux chercheurs l'espace nécessaire, les infrastructures, l'environnement scientifique et la qualité de la vie en Provence. En outre, les collectivités sont prêtes à concourir à hauteur de 600 millions de francs à cet investissement de 1,5 milliard. L'Etat et le CNRS prendront leur décision fin 1997, au plus tard début 1998 (2) . Je pense que notre dossier est meilleur que celui des autres sites en compétition : Paris, Lille, Toulouse, Caen, Strasbourg ou Orléans. Il nous appartient à présent d'en faire la démonstration.

(1) Centre de recherche et enseignement de géosciences des environnements tropicaux. (2) Un rapport d'étape est attendu avant juillet 1997 (NDLR).

PHOTO: Claude Reynouard, directeur du Syndicat mixte de l'Arbois : « Un projet de parc centré sur l'environnement et les civilisations de la Méditerranée.»

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur