En direct

Aquitaine Plan rail exceptionnel pour la région

b. e. |  le 18/09/2008  |  Collectivités localesHaute-GaronneParis

«De tous les grands chantiers aquitains, le dossier ferroviaire est celui qui conditionne le plus notre avenir », prévenait Alain Rousset dans sa conférence de rentrée. « Les choix budgétaires, la politique continue de désendettement a permis de diminuer de moitié la dette par habitant – 100 euros – et d’augmenter d’autant notre capacité d’investissement des projets de demain, notamment ferroviaires. »

Le plus gros dossier en chantier est celui de la LGV Sud Europe Atlantique, avec ses 7,2 milliards d’euros, « un dossier énorme », pour le président de région, qui venait, vendredi 12 septembre de boucler une réunion avec le préfet et les collectivités locales sur le financement.

Impact économique pour les travaux publics

« Un accord est trouvé, l’Aquitaine apportera 1,6 milliard d’euros, dont la moitié de l’Etat et 36 % de la région, poursuit Alain Rousset, notre contribution s’élèvera à 600 millions d’euros, soit 150 % de notre budget d’investissement régional » se félicite l’élu. Car au-delà de l’Aquitaine à 2 h de Paris, l’élu souligne également l’impact économique pour les travaux publics durant les travaux, et les emplois induits dans les autres secteurs. Un enjeu partagé par les autres régions, « dont Poitou-Charentes qui ne sera que traversée par la ligne et contribue à hauteur de 1,9 % et surtout la région Midi-Pyrénées, qui finance 9,2 % de la ligne Tours-Bordeaux, dont elle ne bénéficiera que par le prolongement vers Toulouse », se félicite le président de l’exécutif régional.

Commande de cinquante trains neufs

En parallèle, la région lance « pour 400 millions d’euros la plus grande commande ferroviaire depuis la Libération » pour le renouvellement du parc roulant : 50 trains neufs seront commandés et d’ici à 2010, tout le matériel ferroviaire de la région sera neuf ou rénové. Enfin, le président s’est insurgé contre l’état des voies et caténaires qui fragilisent le réseau aquitain, comme celui de Midi-Pyrénées : « L’état des rails sur Oloron, Bayonne et Pau est catastrophique, sur Bergerac-Sarlat également, nous avons engagé 670 millions d’euros dans le contrat de projets pour lequel la région intervient à hauteur de 180 millions d’euros, hors LGV », conclut le président.

Commentaires

Aquitaine Plan rail exceptionnel pour la région

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur