Entreprises de BTP

Après la faillite de Carillion, Eiffage et Kier vont poursuivre la réalisation de la LGV anglaise à deux

Mots clés : Défaillance d'entreprise - Entreprise du BTP - Gouvernement - Transport ferroviaire

Après la défection de leur partenaire, le groupe français et Kier annoncent ce lundi qu’ils travaillent désormais en joint-venture intégrée à 50/50 pour la réalisation des deux lots de HS2, la ligne ferroviaire à grande vitesse anglaise. Cette solution a reçu l’aval du gouvernement anglais.

Du point de vue des acteurs français du BTP, la faillite de Carillion, le 15 janvier dernier, posait une question en particulier à Eiffage. Le groupe dirigé par Benoît de Ruffray était en effet engagé en joint-venture avec l’ancien numéro 2 britannique et un autre opérateur anglais, Kier, pour la réalisation de deux lots du projet de ligne à grande vitesse HS2 pour près de 1,6 milliard d’euros (1,4 milliard de livres sterling). Comme pressenti, les deux acteurs ont annoncé ce lundi matin par un communiqué qu’ils travaillent désormais en joint-venture intégrée 50/50. Laquelle est donc en charge de 2 des 7 lots de génie civil, les lots C2 et C3. Une solution qui a reçu « l’aval du gouvernement britannique », indiquent-ils.

« La joint-venture entre Kier et Eiffage dispose collectivement de l’expertise nécessaire à la conception, à la construction, à l’exploitation, au financement et à la maintenance de réseaux ferrés, y compris des réseaux de ligne à grande vitesse, au Royaume- Uni et en Europe », commentent les deux acteurs, dans le communiqué conjoint.

Pour mémoire, le lot C2 concerne la construction de la ligne depuis le portail nord des tunnels de Chiltern jusqu’à Brackley pour 820 M € (724 M de livres sterling) ; le lot C3, d’un montant de 690 M€ (616 M de livres sterling), comprend la construction de Brackley jusqu’au portail sud du tunnel de Long Itchington Wood Green.

 

« Une offre solide et fructueuse », selon Benoît de Ruffray

 

La phase de conception de ces projets a commencé l’année dernière et le projet dans sa totalité devrait durer 4 à 5 ans.

Selon Haydn Mursell, directeur général de Kier, « nous avons travaillé en collaboration avec notre client HS2 afin de trouver une solution qui a reçu l’aval du Gouvernement britannique. Nous sommes heureux de proposer une continuité d’emploi à la totalité des 51 salariés et aux apprentis de Carillion, travaillant actuellement pour la joint-venture HS2 et nous allons nous substituer pour assurer la continuité de l’exécution du projet. »

Benoît de Ruffray, le PDG d’Eiffage, a lui insisté sur le fait que  « les équipes de la joint-venture entre Eiffage, Kier et Carillion ont particulièrement bien travaillé, collaborant ensemble pour élaborer une offre solide et fructueuse. Je me réjouis de l’arrivée des nouveaux employés et je suis confiant dans la poursuite de l’exécution et de la livraison de ce projet ».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X