Après la DGCCRF, la commission Attali épingle les agences immobilières

Defawe Philippe |  le 17/10/2007  |  France EuropeProfessionnels

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France
Immobilier
Europe
Professionnels
Valider

Après le rapport de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), qui accuse les agences immobilières de "pratiques abusives", c'est au tour de la commission Attali de remettre en cause "le poids" des tarifs de ces agences.
"Les coûts de transaction demeurent élevés, en raison du poids des impôts et des commissions d'agence", écrit la commission dans son rapport qui relève que ces dernières représentent "jusqu'à 6% de la transaction contre 3,2% en Suède ou même 1,5% au Royaume-Uni".
Alors que la volonté affichée du chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, est de faire de la France "un pays de propriétaires", la commission Attali estime que "ce ne peut-être envisageable que si les coûts de transaction sont raisonnables".
Auparavant, c'était la DGCCRF qui avait mis les agences immobilières sur la sellette en relevant, au cours de plus d'un millier de contrôles, "un nombre très significatif de pratiques illicites", concernant "des pratiques graves de nature pénale justifiant une transmission du dossier au parquet".
Conscient du problème, le secrétaire d'Etat à la Consommation, Luc Chatel, a annoncé des mesures qui renforcent le pouvoir de la DGCCRF qui pourra désormais vérifier le respect de la loi Hoguet - qui réglemente les activités des professionnels de ce secteur - opérer des "contrôles améliorés" et prendre "les sanctions appropriées" administratives et pénales.
Du côté des professionnels, on reconnaît volontiers qu'il y a des problème. Une convention vient d'ailleurs d'être signée avec le gouvernement pour "améliorer la transparence" de leur activité commerciale et "écarter toute publicité trompeuse ou mensongère".
Mais si la profession veut faire le tri entre les agents immobiliers qui travaillent dans les règles et ceux qui sont à la marge - parfois sans carte professionnelle pourtant obligatoire - les sentiments sont plus partagés sur les montants des commissions.
Bernard Cadeau, président du réseau Orpi, précise que les honoraires d'agent immobilier "ne paralysent en rien l'activité" du secteur, mais rémunèrent "le conseil et la qualité du service rendu, indispensables compte-tenu des nombreuses contraintes réglementaires encadrant la transaction immobilière".
AFP

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Date de parution : 06/2019

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Date de parution : 09/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur