En direct

Approvisionnement sous haute surveillance pour un aéroport

Laurent Miguet |  le 09/04/1999  |  TransportsMaîtrise d'ouvrageChantiersHaute-GaronneTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Maîtrise d'ouvrage
Chantiers
Haute-Garonne
Technique
Valider

Des contraintes ont été imposées aux intervenants pour garantir la sécurité du trafic aérien.

« Jusqu'à la gestion de la photocopieuse du chantier, la maîtrise d'ouvrage et le pilote nous ont fourni des pièces précises, ne laissant place à aucune interprétation. » Selon Jean-Pierre Cholay, directeur régional de Léon Grosse, le souci du détail dans la préparation du chantier constitue la clé de l'efficacité de l'organisation de l'extension de l'EuroAirport Bâle-Mulhouse.

En réduisant à six le nombre de mandataires chargés d'exécuter le projet de 800 millions de francs pour la première tranche, la maîtrise d'ouvrage et le pilote ont exprimé ce souci dès la rédaction des appels d'offres. Responsable des dépenses communes du chantier et mandataire de la construction, Léon Grosse a réduit à quatre le nombre des cotraitants associés à sa réalisation, pour en simplifier l'organisation. L'établissement de règles de circulation pour les véhicules lourds d'approvisionnement du chantier a également précédé l'attribution des marchés. Sur la base d'une étude menée par la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), les entreprises ont dû se soumettre à des plages horaires restrictives. En effet, les véhicules homologués et radioguidés ne peuvent traverser les pistes pendant les trois pointes quotidiennes de trafic. Ces contraintes ont conduit Léon Grosse à obtenir l'autorisation d'implanter une centrale à béton, sur le chantier, « seule solution compatible avec le respect du planning », selon Jean-Pierre Cholay.

Des règles de circulation

La gestion des interférences entre les grues et les radars de la tour de contrôle pose des problèmes encore plus délicats. L'obtention des autorisations nécessaires passe par un accord du Service technique des bases aériennes (STBA), rattaché à la DGAC et basé à Toulouse. « Il a fallu mener ces négociations très en amont pour respecter le planning du chantier », indique Jean-Pierre Antoine, directeur général de Gestion de projets construction et industrie (GPCI), chargé de la mission d'ordonnancement, de pilotage et de coordination (OPC).

Le STBA a autorisé deux engins dont les flèches culmineront à 21,50 m et à 26 m. Des négociations entre la maîtrise d'ouvrage et la DGAC, conduites par Jean-Pierre Daguenet, chef de projet à l'EuroAirport et ancien responsable de la promotion internationale à la DGAC, ont permis d'aboutir à cette solution compatible avec la conception du futur salon de la compagnie Crossair, au centre de la jetée : les limitations initiales à 21,50 m ne permettaient pas d'en atteindre les verrières.

FICHE TECHNIQUE

Maître d'ouvrage :

EuroAirport Bâle-Mulhouse.

Maître d'oeuvre : Aegerter & Bosshardt (mandataire), 3 F Architecture (Dietschy, Von Busse et Fischer).

Mandataires des marchés pour les deux tranches : Léon Grosse (jetée), Eiffel (aérogares), Sogea Est (ouvrages extérieurs), Forclum (électricité), Ice Tech (climatisation et plomberie), Alstom (tri des bagages).

PHOTO : Une centrale à béton a été installée sur le chantier en raison des difficultés de circulation sur les pistes restées en service.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil