En direct

APPRENTISSAGE Le CFA de Toulon invente la journée flexible

JEAN-MARC MATALON |  le 16/05/1997  |  VarApprentissage BTPPolitique socialeHygièneImmobilier

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Var
Apprentissage BTP
Politique sociale
Hygiène
Immobilier
Valider

L'année 1997 est à marquer d'une pierre blanche pour le Centre de formation du bâtiment du Var. D'abord parce que le CFA fête ses vingt ans cette année. Ensuite parce que l'on vient d'inaugurer 1 600 m2 de nouveaux locaux totalement imbriqués dans le bâti ancien et disposant d'équipements ultramodernes. Enfin parce que, depuis la rentrée de septembre, l'établissement varois s'est distingué en mettant sur pied une méthode pédagogique novatrice dont les résultats sont d'ores et déjà jugés très positifs : la « journée flexible ». « Il s'agit tout simplement de "casser" l'emploi du temps traditionnel, explique Gilbert Tassy, le directeur adjoint du CFA. Nous sommes partis du postulat que les niveaux en enseignement général se creusent de plus en plus entre les jeunes en difficulté et les meilleurs élèves. La solution que nous avons imaginée consiste à ménager des plages d'enseignement à la carte qui permettent de consacrer plus de temps à ceux qui en ont le plus besoin. » La semaine des apprentis se déroule donc sur un double tempo. Pendant quatre jours, la formation est dispensée de manière classique. Les cours d'enseignement général et les ateliers se succèdent dans le cadre des classes habituelles. Mais le cinquième jour, celui de la « flexibilité », chaque élève bénéficie d'un enseignement individualisé qui lui permet d'approfondir le travail dans les disciplines où il est le plus faible. Une méthode qui ne concerne pour l'instant qu'un quart des 920 élèves du CFA et qui implique un travail préparatoire très important de la part de l'équipe pédagogique, car certains principes ne doivent en aucun cas être transgressés. C'est ainsi que, lors de la journée flexible, les sous-groupes ne doivent jamais dépasser un effectif de 14 élèves ; les stagiaires ne doivent pas consacrer plus de quatre heures à une même discipline, et les cours individualisés ne peuvent concerner que deux métiers différents. « Le premier bilan de cette expérience nous semble très positif, souligne Gilbert Tassy. Le suivi des élèves est amélioré, et ces derniers jouent pleinement le jeu car ils sont conscients des progrès réalisés. Reste que pour poursuivre la journée flexible l'année prochaine, et surtout pour l'étendre à l'ensemble des stagiaires du centre, il faudra se pencher sérieusement sur les problèmes de financement à long terme. »

PHOTO : 1 600 m2 de nouveaux locaux imbriqués dans le bâti ancien et disposant d'équipements ultramodernes.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil