L'Actu

Apple, à la (re)conquête des architectes

L’offensive est lancée! En perte de vitesse depuis des années, Apple reprend du poil de la bête pour récupérer ses clients historiques, ces professionnels qui ont délaissé le Mac au profit du PC, notamment depuis l’apparition de Windows 95 et de la baisse des prix du PC. Ce voeu ambitieux est porté par sa nouvelle plate-forme, le Mac OS X, dont la particularité est de sortir ses utilisateurs du sempiternel « isolement Mac » grâce à un noyau Unix, véritable passerelle avec l’univers PC.

Ordinateur « passe-murailles », l’OS X hérite de l’expérience de Steve Jobs lorsqu’il dirigea NeXT Software entre 1986 à 1997, avant de revenir chez Apple, firme qu’il a co-fondée en 1976. Ce retour était marqué par le succès, côté particuliers, de l’iMac. C’est dire que les promesses entourant la diffusion en masse de l’OS X sur le marché français seront examinées de près! L’occasion sera donnée lors de l’Apple Expo où il est mis en vedette. Et le sans faute est exigé dans la mesure où l’événement bénéficiera d’un intérêt marqué après son annulation l’an passé suite aux attentats du 11 septembre.
Les architectes y seront des « juges » privilégiés. « Logique, justifie Pascal Poitevin, chef du marché PME chez le fabricant, cette population est notre coeur de cible. Les architectes ont compté parmi les premiers clients du Macintosh, conçu comme une station graphique adaptée aux outils de dessin ». Et il est vrai que les éditeurs des premiers logiciels d’architectures (tel Architrion dont l’édition vient de reprendre) ont d’abord choisi le format d’Apple avant de briguer la clientèle des possesseurs de PC. « Certains comme VectorWorks ne nous ont jamais fait défaut. Les autres, jusqu’alors réticents, se laissent aujourd’hui convaincre plus facilement par l’OS X », fanfaronne Pascal Poitevin.

Reste qu’Apple doit aussi regagner la confiance des professionnels sur d’autres terrains, comme le prix et le service. « Sur le premier point, il s’agit d’un faux débat. Un Mac n’est pas moins cher qu’un PC taiwanais mais, en terme de produit professionnel, il reste parfaitement compétitif vis à vis d’un Compaq, HP ou Dell ! », conteste le chef de marché. Quant au déficit de son réseau, Apple estime en avoir pris conscience : « Nous avons lancé avant l’été un programme de qualification auprès de nos 250 revendeurs. Notre label « Apple solution expert » donnera l’assurance à un architecte que son revendeur dispose des compétences nécessaires ». Enfin, pour « renouer définitivement avec la croissance et repasser dans cette dynamique commerciale où les architectes préfèrent les Mac aux PC », Apple engage des actions de lobbying fortes auprès du secteur et ses instances fédérales : présence au congrès international de Porto, création d’une journée dédié avec l’Unsfa sur Apple Expo, etc. Le but avoué est d’équiper 30% d’architectes contre 20% à l’heure actuelle. Un objectif plutôt raisonnable.

Xavier Fodor

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X