En direct

APF 93 offre une seconde vie aux anciens compteurs
A Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), deux opérateurs collectent et trient les différents composants des anciens compteurs électriques. - © FRANCK BELONCLE / LE MONITEUR

APF 93 offre une seconde vie aux anciens compteurs

Augustin Flepp |  le 16/11/2018  |  Seine-Saint-DenisRecyclageLinkyElectricité

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Seine-Saint-Denis
Développement durable
Recyclage
Linky
Electricité
Valider

Les appareils remplacés par Linky sont démantelés et recyclés pour devenir, entre autres, des passages à niveau.

L'un après l'autre, ils pénètrent dans le ventre du broyeur.

Les deux mâchoires mécaniques entrent en action. Une lourde crépitation retentit. La machine de 1,3 tonne déglutit la carcasse écrasée d'un ancien compteur électrique sur un tapis roulant. Masques et lunettes de protection fixés au visage, deux opérateurs s'activent à trier les différentes pièces de l'appareil dans des grilles adaptées, avant de les envoyer vers des filières de valorisation. A Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), le processus se répète inlassablement au sein des ateliers d'APF 93, l'une des 17 entreprises partenaires du programme de recyclage des anciens compteurs électriques, piloté par Enedis (lire ci-dessous) . « Dans le cadre d'un contrat de recyclage, nous nous sommes engagés à collecter environ 6 000 tonnes de matériel électrique d'ici à la fin du déploiement Linky », indique Nicolas Eynaud, responsable QSE chez APF 93, une entreprise de travail adapté de l'association APF France Handicap.

Le casse-tête de la bakélite. Pour la seule année 2018, la PME qui emploie 160 salariés devrait récupérer entre 1 000 et 1 200 tonnes d'appareils, dont une grande majorité date d'avant 1990. Il s'agit des compteurs « électromécaniques », la première génération à avoir été installée en France. Ces objets, facilement identifiables à leur coque bleue et leur disque magnétique, sont composés à 35 % de bakélite, un polymère thermo durcissable choisi pour sa forte résistance à la chaleur et aux chocs. « A l'époque, EDF a opté pour ce matériau car il ne prend pas feu », précise une porte-parole d'Enedis. Très prisée des fabricants d'électroménager et d'ustensiles de cuisine (manche de poêle), la bakélite est un casse-tête pour les entreprises de recyclage. « Il n'est possible de la faire fondre qu'à une température extrême. De plus, elle ne peut être dissoute, car elle ne se désintègre pas au contact des solvants », prévient Nicolas Eynaud.

Ces propriétés contraignent l'entreprise dionysienne à envoyer les deux tiers de la ressource collectée à l'enfouissement ou à l'incinération. Le reste est envoyé à l'entreprise belge Simonis, un recycleur de caoutchouc, qui a breveté l'an dernier une étonnante solution : une gamme d'infrastructures ferroviaires - notamment des passages à niveau et des chemins de câble - conçue à partir de bakélite broyée, de fibre de verre recyclée et de liant. L'industriel a reçu plusieurs commandes des compagnies nationales de chemin de fer belge (Infrabel) et néerlandaise (ProRail). En France, Simonis est en discussion avec des producteurs de matériaux ferroviaires et cherche à convaincre la SNCF.

Le débouché de la métallurgie. Le cœur des anciens compteurs, essentiellement constitué de cuivre, de laiton, de fer et d'aluminium, offre de meilleures pistes de valorisation. APF 93 revend cette ressource à des négociants et recycleurs de métaux qui refondent la matière et la réinjectent sur le marché de la métallurgie. L'entreprise dionysienne qui emploie six opérateurs pour cette activité « démantèlement » affiche ainsi un taux de valorisation matière de 81 %.

Le plan d'Enedis

Dans le cadre du déploiement du compteur Linky, Enedis pilote un programme de valorisation des anciens compteurs électriques qui représentent un total de 45 000 tonnes. Le gestionnaire du réseau a fait le choix de confier l'ensemble de la chaîne de traitement (dépose de bennes, transformation, suivi des déchets… ) à 17 entreprises de recyclage, principalement issues du secteur du travail protégé et adapté (STPA) et de l'insertion. A fin août 2018, Enedis assurait avoir recyclé 14 219 tonnes de matériel électrique, soit un taux de valorisation de 87 %.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Date de parution : 06/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur