Bâtiment

Antoinette Gillet (Effinergie) : « Chaque bâtiment labélisé est un bonheur »

A l’occasion des premières rencontres Effinergie, Antoinette Gillet, Vice-présidente de la région Franche-Comté et Présidente de cette association de promotion des constructions à basse consommation, nous retrace l’histoire du label. Elle nous explique aussi le rapport étroit qu’entretient Effinergie avec son « père spirituel » le label Suisse Minergie.

Tout d’abord, comment est né le label Effinergie ?
Des acteurs et militants régionaux français, notamment franc-comtois et alsaciens, remarquaient, en Suisse, que le label Minergie générait une grande synergie, entre les différents acteurs (maîtres d’œuvres, maîtres d’ouvrages et financeurs), autour de l’efficacité énergétique des bâtiments. Ils entreprennent alors de contacter l’organisme certificateur. Un partenariat se précise mais du côté Suisse, cela ne pouvait se réaliser que si les Français acceptaient d’acheter le label Minergie pour le transposer en tant que tel. Or il ne s’agissait pas d’importer Minergie en France mais plutôt de l’adapter à une réglementation française centralisée contrairement à celle de la confédération helvétique. Le réseau français transrégional s’est alors tourné vers des leviers nationaux comme le CSTB, le collectif d’entreprises « Isolons la terre contre le CO2 » ou encore la Caisse des Dépôts afin de créer un label hexagonal. En mai 2006, le label BBC-Effinergie faisait son entrée dans la RT 2005 .

Vous n’êtes pas sans savoir qu’aujourd’hui le label Minergie s’implante en Haute-Savoie, comment voyez-vous l’arrivée du label suisse sur le territoire français ?
Je ne vous cache pas que je suis en colère. Minergie a le sentiment d’avoir perdu un marché et aujourd’hui choisit de faire du commerce plutôt que de se concerter avec nous.C’est d’autant plus regrettable que Minergie France est né, à partir d’un espace info-énergie financé par l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie(ADEME), établissement public dont les fonds sont alloués par l’Etat.
Minergie et Effinergie visent tous deux à la diffusion des bâtiments basse consommation mais avec des outils propres à chacun de nos deux pays. La présence de Minergie France risque de brouiller la lisibilité des labels sur notre territoire.

En tout cas, l’association Effinergie continue de s’implanter sur tout le territoire. Où en est-elle ?
Sur la métropole, seules les régions Corse et Limousin ne sont pas encore adhérentes. Concernant les DOM-TOM, ils se sont préoccupés des problématiques énergétiques depuis bien longtemps et n’ont pas besoin de nous.
Pour le reste, la dynamique s’est maintenant répandue. On compte plus de 4000 logements en cours de labellisation, et des régions comme Provence Alpes – Côtes d’Azur ou Rhône Alpes s’investissent tout autant que les membres fondateurs. Comme dit la chanson : « les fils seront plus grands que les pères mais nos cœurs n’en seront pas jaloux ».

En Suisse, un nouveau né, Minergie –éco, prend en compte la santé et le choix des matériaux. A quand Effinergie-éco ?
On a vu ce qu’est devenu un label comme le HQE qui s’est voulu immédiatement global.
Il faut être modeste et sérieux, la Suisse a 15 à 20 ans d’avance sur nous et, en France, les banques et l’entreprise ne sont pas prêtes.
On s’est engagé sur le changement climatique. Pour l’instant, on se doit de se concentrer sur l’efficacité énergétique des bâtiments, alors nous nous contentons de finir de valider le label Effinergie « réhabilitation » et « passive ».
Nous entamons, cependant, une réflexion sur le sujet. Nous allons établir un bilan des bâtiments sur l’énergie grise. L’ADEME nous a demandé de mettre en place des groupes de travail réunissant les acteurs de la qualité sanitaire, du bâtiment et de l’énergie.

Autre spécificité du label Minergie, il exige de ne pas dépasser de 10% le coût d’un bâtiment standard. Qu’en pensez-vous ?
Cela viendra de par la loi du marché et par l’industrialisation des techniques en cours. Le 3 octobre, lors de la première rencontre Effinergie qui se tiendra à Orléans, les nombreux retours d’expériences nous permettront de connaître plus précisément ce que représentent aujourd’hui les surinvestissements.

Propos recueillis par eric Leysens

Une réaction, une suggestion… Ecrivez-nous !


Voir le guide Effinergie

Focus

L’association Effinergie


Effinergie est une association à but non lucratif financée par les cotisations de ses adhérents et la diffusion d’appels d’offres publiques.
Elle travaille avec différents certificateurs : Cerqual, Certivéa, Céquami et Promotelec.
Elle propose aujourd’hui un label pour le neuf, bientôt un autre pour les bâtiments passives et un troisième pour les bâtiments en réhabilitation.

Les articles les plus lus
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X