Logement

Anru 2 : la participation des HLM de 2 milliards serait actée

Mots clés : Logement social - Urbanisme - aménagement urbain

Selon Olivier Klein, le président de l’Agence nationale de la rénovation urbaine (Anru), la participation de bailleurs sociaux au doublement du budget du nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) n’est plus un sujet. Le financement de 2 milliards par les HLM étant acté, le NPNRU dispose d’une base de financement solide permettant à l’Anru de déployer deux objectifs : simplifier son mode de fonctionnement et accélérer le lancement du NPNRU.

Ce n’est plus un sujet. « L’intervention des bailleurs sociaux dans le financement de l’Anru 2 à hauteur de deux milliards d’euros me paraît acté, a indiqué Olivier Klein, président de l’Agence nationale de la rénovation urbaine (Anru) et maire de Clichy-sous-Bois ce mercredi 31 janvier, lors des vœux de l’Agence à la presse. Nous sommes en phase de calage, nous travaillons à la rédaction d’une nouvelle convention ».

Pour rappel, les 2 milliards mis au pot par les HLM aux côtés d’Action Logement (2 milliards complémentaires) et de l’Etat (1 milliard) permettent de doubler le budget du  nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) pour le passer à 10 milliards d’euros. Selon l’accord signé par le gouvernement et la fédération des entreprises sociales pour l’habitat (ESH) sur les APL, « ce financement s’effectuera dès 2018 par un co-financement sur la durée du programme [jusqu’en 2030, NDLR] de 130 millions d’euros par an ».

 

Accélérer et simplifier

 

En 2018, l’Anru tentera d’accélérer et de simplifier son mode de fonctionnement. A ce titre, deux dates sont importantes pour le fonctionnement futur de l’Agence : les 21 février et 28 mars. Durant ces journées se tiendront les deux prochains conseils d’administration qui permettront de valider de nouvelles règles. « Nous travaillons beaucoup avec les élus sur les modalités de démarrage anticipé sur les équipements publics, les démolitions, etc. », indique Olivier Klein. « Et nous souhaitons être plus rapide dans le processus de validation des projets à déployer », abonde Nicolas Grivel, directeur général de l’Anru. 

A fin 2017, la quasi-totalité des 116 protocoles de préfiguration étaient validés pour les 200 quartiers d’intérêt nationaux. Et trois conventions de renouvellement urbain étaient signées pour des projets nationaux, deux pour des projets régionaux. Et « entre 2018 et 2019, la quasi-totalité des conventions seront signées », promet Olivier Klein. Rappelons que le protocole de préfiguration présente la feuille de route du projet de renouvellement urbain à déployer. La convention le décline. 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X