Industrie/Négoce

Année blanche pour Schneider Electric en 2012

Mots clés : Entreprise du BTP - Industriels du BTP

Schneider Electric, spécialiste mondial de la gestion de l’énergie a présenté, mercredi 22 février, des résultats en hausse et a dévoilé son plan stratégique 2012-2014.

«Nous avons réalisé une solide croissance organique et amélioré nos bénéfices en 2011, dans un environnement marqué par une inflation record des matières premières », s’est félicité Jean-Pascal Tricoire, président du directoire de Schneider Electric. Ainsi le numéro un mondial de la gestion de l’énergie affiche un chiffre d’affaires de 22,4 milliards d’euros, en hausse de 14,3%, et un bénéfice net de 1,82 milliard d’euros, en progression de 6%, un record pour le groupe. « 2011 a été une année intense de transformation et de déploiement stratégique pour le groupe », a rappelé Jean-Pascal Tricoire. En effet, Schneider Electric a connu quelques bouleversements cette année, notamment une dizaine d’acquisitions importantes dont le pôle distribution d’Areva et la société Telvent. «L’intégration de Telvent dans notre portefeuille constitue une étape particulièrement importante pour notre développement dans le domaine des infrastructures critiques, comme pour nos capacités dans les softwares (optimisation énergétique des villes et des infrastructures ndlr) », a expliqué le président du directoire.

 

Les pays émergents, cible prioritaire

 

Jusqu’en 2014, le groupe veut poursuivre son essor dans les pays émergents (actuellement générant 39% des ventes), notamment dans les villes de second rang, parallèlement à celui des solutions et services. « Les pays développés restent un axe de développement, pour les nouveaux marchés (voiture électrique, énergies renouvelables, effacement des pointes de consommation électrique etc.) et dans les solutions, représentant 37% de notre chiffre d’affaires, indique Jean-Pascal Tricoire. Nous sommes passés d’un business de produits électriques (interrupteurs, compteurs etc.) à un business de produits et de solutions en moins de 10 ans ! » 2011, marque aussi, pour Schneider Electric, la fin du programme d’entreprise  2009-2011 baptisé «One». Le nouveau plan stratégique 2012-2014 -nom de code «Connect»- est présenté comme la continuité du précédent. Celui-ci a permis de simplifier l’organisation du groupe, d’intégrer les opérations de croissance externe et de rassembler le tout sous la marque Schneider Electric.

 

Perspectives incertaines

 

Côté perspectives, la prudence est de mise. 2012 pourrait être une année blanche. «Nous manquons de visibilité, a souligné Jean-Pascal Tricoire. Heureusement que notre portefeuille est équilibré en termes d’activités et de géographie. Cela nous permet d’être très résistants. » Schneider devrait lever le pied sur les acquisitions en 2012. « La priorité totale est à l’intégration », a renchéri Jean-Pascal Tricoire, rappelant sa préférence pour les « petites et moyennes acquisitions et plutôt dans les pays émergents».  Schneider Electric compte améliorer ses performances d’ici 2014, soutenues par des gains de productivité, un essor dans les pays émergents et un développement dans les nouvelles activités de gestion électrique intelligente.

 

 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X