En direct

Amiens Enfin une décision pour le parvis de la cathédrale

ELISABETH GILLION |  le 15/01/1999  |  SommeFrance Collectivités localesCulteMobilier urbain

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Somme
France
Collectivités locales
Culte
Mobilier urbain
Aménagement
Produits et matériels
Equipement
Architecture
Bâtiment
Aménagements extérieurs
Valider

Sept millions de francs vont être investis pour le sol et le mobilier urbain.

La discussion anime la ville d'Amiens depuis la dernière guerre : construire ou non devant la cathédrale gothique inscrite au patrimoine mondial par l'Unesco, élargir le parvis pour mettre en valeur l'édifice ou le refermer pour retrouver l'ambiance médiévale... Dans le doute on n'a pas fait grand-chose : la face sud est plus ou moins abandonnée et la cathédrale est entourée d'édifices de toutes époques, sans cachet. Bernard Huet, architecte en chef de la ZAC Cathédrale, a enfin tranché : « reconstruire est toujours un drame, c'est pourquoi je prends la situation telle qu'elle se présente, en conservant l'existant comme témoignage d'une période, même si certaines maisons manquent d'allure ».

En conformité avec le parcellaire historique

Bernard Huet rappelle que : « la ville est un espace hétérogène où il vaut mieux avancer avec doigté, en conformité avec le parcellaire historique ». A Amiens, il va donc rétrécir l'espace actuel pour se caler sur le parcellaire du XVIIIe siècle.

La mairie va dépenser 7 millions hors éclairage pour le sol et le mobilier urbain. Le coût de l'éclairage mettant en valeur la cathédrale n'est pas encore défini. La piétonnisation sera poursuivie jusqu'aux artères commerçantes.

Institut de recherches gothiques en projet

Côté sud, l'Opac d'Amiens, maître d'ouvrage délégué, a confié au promoteur First un programme de 13 millions comprenant la transformation d'un hôtel en 18 studios. L'immeuble sera prolongé dans le même style (brique, pierre et ardoise) par 21 logements surplombant des commerces. Les volumes en R + 3, qui avancent sur le parvis en dégageant une cour intérieure, correspondent aux maisons des rues voisines.

Au nord du parvis, il est question de bâtir dans les prochaines années l'Institut de recherche gothique, un projet en gestation du ministère et de la région, ainsi que plusieurs logements.

PHOTO : L'architecte Bernard Huet a choisi de resserrer le parvis en se calant sur le parcellaire existant au XVIIIe siècle.

Laser sur la cathédrale jusqu'en 2006

Le nettoyage au laser de la façade ouest devrait s'achever à la fin 1999. La poursuite du chantier, côté nord, nécessitera environ 90 millions pour traiter l'ensemble des statues, comme le souhaite l'Etat. Pour accélérer la réalisation et finir en trois à quatre années, la ville se propose de participer et d'inciter les collectivités à l'imiter. Ce principe sera adopté aussi pour la façade sud, ce qui permettrait de finir le ravalement d'ici 2006.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil