En direct

Amiante : les moyens de protection collective désormais arrêtés
Des règles de confinement dépendantes du niveau d'empoussièrement - © © Gaël Kerbaol / Divergence Gael Kerbaol

Amiante : les moyens de protection collective désormais arrêtés

Emmanuelle N’Haux |  le 17/04/2013  | 

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
Valider

Après la sortie de l’arrêté sur les équipements de protection individuelle (EPI), la publication de l’arrêté sur les moyens de protection collective vient compléter les dispositions en matière de prévention au risque amiante.

C'est un texte attendu et redouté par les professionnels du secteur. Après la publication de l'arrêté sur les équipements de protection individuelle, celui relative aux moyens de protection collective est paru au Journal officiel du 17 avril.

L’un des points importants de ce texte est sans nul doute le tronc commun de dispositions aujourd’hui communes aux entreprises relevant de la sous-section 3 (retrait et confinement d’amiante) et à celles relevant de la sous-section 4 (susceptibles d’intervenir sur des matériaux contenant de l’amiante).

A l’instar de l’arrêté sur les EPI, celui portant sur les protections collectives vise clairement à faire remonter le niveau de prévention des entreprises relevant de la sous-section 4 (peintre, électricien, chauffagiste…), aujourd’hui encore à la traine sur le sujet de la prévention du risque amiante.

Ainsi, le titre 1er de l’arrêté liste les vérifications et mises en œuvre à la charge des entreprises lors de la phase de préparation du chantier, les protections et confinements à mettre en place selon les niveau d’empoussièrement et la traçabilité des contrôles à effectuer.

L’article 4 relatif au confinement, pris en application de l’article 4412-108 du décret du 4 mai 2012, risque de faire grincer des dents...

Il prévoit notamment, en cas de niveau d’empoussièrement de niveau 2 (100 à 6 000 fibres par litre) ou 3 (6 000 à 25 000 fibres par litre), l’isolement de la zone de travail vis-à-vis de l’extérieur, le calfeutrement de la zone de travail pour éviter les échanges d’air entre l’intérieur et l’extérieur, la protection de la séparation physique mise en place par film polyane, la création d’un flux d’air neuf et permanent (confinement dynamique) de l’extérieur vers l’intérieur de la zone de travail.

La plupart des obligations réglementaires traduisent l’essentiel des recommandations de l’INRS dans son guide de prévention « Travaux de retrait ou d’encapsulage de matériaux contenant de l’amiante ».

Commentaires

Amiante : les moyens de protection collective désormais arrêtés

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur