En direct

Amiante: le Canada tente de retarder la publication d'un rapport
Image d'accueil du site proamiante.com. Moins connoté, ils l'appellent désormais chrysotile, autre nom de l'amiante - ©

Amiante: le Canada tente de retarder la publication d'un rapport

Leysens Eric |  le 14/08/2008  |  SantéTechniqueBâtimentInternationalEurope

A la veille d'une conférence relative au commerce international de produits chimiques dangereux, qui se tiendra au mois d'octobre à Rome, le rapport commandé par le gouvernement fédéral Canadien devait lui permettre d'éviter que l'amiante chrysotile, dont il est l'un des principaux pays producteurs, ne se retrouve sur une liste de surveillance de l'ONU et soit soumis à la procédure de consentement préalable en connaissance de cause, dite procédure Pic, qui concerne déjà les 5 variétés d’amiante amphibole.

Le Canada a tendu le bâton pour se faire battre
Le ministre de la Santé, Tony Clement, avait commandé le rapport l'an dernier pour déterminer les liens entre l'amiante chrysotile et le développement de cancer.
Malheureusement, les membres du groupe de spécialistes qui ont réalisé le rapport ont affirmé que les résultats de leur étude justifiaient l'interdiction de la production et de l'utilisation d'amiante au Canada.
Dérangeant, le rapport a été terminé au mois de mars, mais les résultats n'ont toujours pas été publiés.
Un porte-parole du ministère de la santé a indiqué, par courriel, que le ministère était en train de revoir le rapport pour "aider à approfondir ses connaissances sur les fibres d'amiante chrysotile et leur lien avec la santé humaine... (et que le rapport) sera rendu public une fois que le ministère aura examiné les résultats".

Le gouvernement de Stephen Harper avait déjà réussi, lors d'une conférence de l'ONU en 2006, à empêcher une décision, souhaitée par 100 gouvernements, visant à imposer l'étiquetage de produit dangereux aux exportateurs. Espérons qu'en Octobre, à Rome, le lobby pro-amiante ne l'emportera pas sur la santé publique des pays en développement, importateurs de cet isolant qui provoque, selon l'organisation international du travail, 100 000 décès par an.

E.L du Moniteur et Daina Lawrence de La Presse Canadienne

La seule mine qui produit encore de l'amiante chrysotile au pays est située au Québec. Au mois de juillet dernier, sa production a atteint plus de 13 000 tonnes, le record de ces quatre dernières années.
La consommation mondiale d'amiante a augmenté de presque 25 pour cent au cours des cinq dernières années, et le Canada espère bien pouvoir répondre à la demande qui se fait grandissante, particulièrement en Inde.

Commentaires

Amiante: le Canada tente de retarder la publication d'un rapport

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX