En direct

Aménagement urbain Réconcilier la ville et les cyclistes

cristel arrouet |  le 05/12/1997  |  TransportCollectivités localesArchitectureAménagementTechnique

-Pour le Club des villes cyclables, il est temps de développer une véritable complémentarité avec les transports en commun.

Créé en 1989, à l'initiative d'une dizaine de communes, le Club des villes cyclables, qui regroupe aujourd'hui 179 collectivités, a confirmé sa vitalité lors de son 9e congrès organisé à Montpellier. Le choix de cette ville n'était pas un hasard : la municipalité lance en effet une ambitieuse politique d'aménagement en faveur du vélo, articulée autour de la future ligne de tramway (pistes cyclables ; parkings gardés et rames aménagées).

« La politique de développement du vélo est un réel enjeu urbanistique, avec de nombreux impacts sur les aménagements urbains » souligne Charles Gautier, président de ce club (voir entretien ci-contre).

Aujourd'hui, les villes qui souhaitent développer le vélo n'ont le choix qu'entre la cohabitation ou l'intermodalité. Le principe de cohabitation des bus et des vélos sur la même voie, mis en place depuis quelques années, est considéré comme dangereux par les usagers et n'est pas à la mesure des grandes agglomérations. En revanche, l'intermodalité, qui assure la complémentarité entre vélo et transports publics, permet de rendre cyclables les villes les plus étendues. Les participants au congrès ont cité en exemple les agglomérations développant des tramways, comme Strasbourg ou Grenoble, ainsi que les efforts de la RATP en région parisienne.

Elus locaux, techniciens et associations d'usagers devront donc faire des choix : ou la ville redevient une ville de proximité et la bicyclette est reine ; ou l'agglomération doit développer l'intermodalité pour inciter à l'utilisation du vélo. Une question majeure a toutefois été contournée : la place occupée par les deux-roues motorisés.

ENTRETIEN CHARLES GAUTIER « Partager la rue, une priorité essentielle » Le président du Club des villes cyclables, maire de Saint-Herblain et vice-président du district de l'agglomération nantaise, souhaite des aménagements spécifiques au vélo.

Comment encourager le vélo en ville ?

CHARLES GAUTIER. Créer un environnement favorable au vélo, c'est d'abord réaliser des aménagements cyclables de qualité, et limiter l'emprise de l'automobile sur les centres urbains, là où l'espace est rare. Pour cela, les plans de déplacements sont des outils efficaces. Mais il faut aussi développer de nouveaux services : parkings aux abords des équipements publics, location de bicyclettes...

Qui sont les alliés objectifs du vélo en ville ?

Pour donner sa place au vélo dans la ville, il faut s'occuper de ce qu'il y a autour. Les cyclistes n'étant pas seuls sur la chaussée, c'est en créant des alliances avec les autres usagers que les choses avanceront. L'alliance du vélo et des transports publics est primordiale, car ils ont en commun une dimension « sociale » du transport : ils sont économes d'espace, peu ou pas polluants, plus ouverts sur la ville... et ils se complètent bien. Le but, c'est de permettre l'usage du vélo sur les longues distances grâce à « l'intermodalité ». Il faut favoriser le passage du vélo aux transports en commun. Il faut aussi travailler avec les aménageurs de l'espace urbain sur le franchissement des giratoires, la cohabitation dans les couloirs bus ou encore la conception des « zones 30 ». Partager la rue reste une priorité essentielle.

Qu'attendez-vous de l'Etat ?

Le loi sur l'air du 30 décembre 1996 est un élément positif car elle fait obligation aux agglomérations de plus de 100 000 habitants de se doter d'un plan de déplacements urbains. Son article 40 invite à prendre en compte la place du cycliste dans les créations ou les réhabilitations de voirie. Seul problème, cette loi ne prévoit aucune contrainte.

Mais il y a d'autres mesures à prendre. L'Etat ne pourrait-il pas soutenir davantage les modes de transports alternatifs, en aidant financièrement les villes qui développent des politiques en faveur du vélo et des transports publics ? Ne peut-il demander aux fabricants de matériels de transports de prévoir l'accueil des vélos dans leurs équipements ? Enfin, lors de la construction d'ensembles d'habitations, pourquoi ne pas rendre obligatoire la création de parkings à vélos ?

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Commentaires

Aménagement urbain Réconcilier la ville et les cyclistes

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX