Grand Paris

Aménagement : un appel à projets international sera lancé en avril pour déclasser le périphérique parisien

Les élus veulent transformer ces 35  km de voies en boulevard urbain pour 2024. Et susciter de nombreux projets.

Le périph’ parisien bientôt transfiguré ? C’est le vœu des élus : un appel à projets international pour préparer le déclassement du périphérique et de ses 35 km de voies sera lancé en avril, avec l’objectif de transformer cette autoroute qui enserre Paris en boulevard urbain à l’horizon 2024, a annoncé mardi la mairie de Paris.

Cet appel à projets, en vue de réunir des équipes d’urbanistes, paysagistes, experts en transports, etc, sera lancé à l’occasion du salon des maires d’Ile-de-France le 10 avril, a indiqué Jean-Louis Missika, adjoint à l’urbanisme de la maire PS de Paris Anne Hidalgo, confirmant une information parue dans les Echos. Selon le quotidien, l’étude prévoit deux horizons de réflexion  : le déclassement du périphérique dans la perspective des Jeux Olympiques de Paris en 2024, dans un premier temps, puis, à plus long terme, il s’agit de préparer l’arrivée des routes connectées, des voitures autonomes et de leurs conséquences sur le réseau routier.

 

Exemple lyonnais

 

« C’est un axe majeur qui ne concerne pas que la Ville de Paris », a souligné l’élu, en indiquant qu’une étude serait ainsi lancée par l’Etat et le Forum métropolitain de réflexion sur la métropole, avec le partenariat de la Ville de Paris et de la Métropole du Grand Paris.

L’idée « est de transformer le périphérique en boulevard urbain« , a ajouté Christophe Najdovski, adjoint EELV aux Transports, en prenant appui sur le déclassement obtenu à Lyon d’un tronçon urbain de l’A6.  Il « faut aujourd’hui poser la question de l’effacement de cette barrière symbolique, physique et mentale », a-t-il ajouté.

 

« Projet urbain ambitieux »

 

Cette transformation portée depuis longtemps par les écologistes, avait fait l’objet de « voeux » en conseil de Paris. Le groupe UDI-Modem a réagi dans un communiqué en estimant que « personne n’est dupe de la tentative de diversion espérée par cet effet d’annonce d’un nouveau grand projet urbain, qui tombe fortuitement au moment où la maire de Paris patauge dans la piétonnisation des voies sur berges ».

Ce projet, « un des projets urbains les plus ambitieux du XXIe siècle pour Paris et sa métropole », mettra « sans doute des décennies à se concrétiser, au-delà des majorités, des oppositions, et au-delà des frontières traditionnelles, qu’elles soient politiques, territoriales et culturelles » et doit ainsi « être envisagé avec gravité et sérieux, et non comme dérivatif à un débat public municipal qui tourne mal », selon le groupe d’opposition.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X