En direct

Alsace - Les programmistes en quête d'identification
PHOTO - 280813.HR.jpg - © VINCENT KESSLER/LE MONITEUR

Alsace - Les programmistes en quête d'identification

Laurent miguet |  le 22/01/2010  |  ConjonctureCollectivités localesBas-RhinHaut-RhinFrance entière

Une poignée de micro-entreprises alsaciennes spécialisées dans la programmation comble partiellement le vide laissé par l'ingénierie déconcentrée de l'Etat, malgré deux obstacles : un métier peu identifié, et une concurrence publique dégagée des contraintes du marché.

Al'ombre des maîtres d'ouvrage et des maîtres d'œuvre, les programmistes privés se voient d'autant moins que certains d'entre eux se positionnent aussi sur les chantiers : « Pour MP Conseil, la programmation s'intègre dans une approche globale de l'assistance à maîtrise d'ouvrage », explique Vincent Puthiot, gérant et actionnaire majoritaire depuis 2006. Le repreneur de la société fondée en 1995 par Marcel Parisot cite l'exemple du centre de recherche en biomédecine de Strasbourg : la programmation a préparé la conduite de l'opération de 19,7 millions d'euros de travaux.

Déficit de formation initiale

A cette approche globale, Jean-Michel Jacotey oppose une éthique de la neutralité. Après avoir lancé MP Conseil Programmation, cet architecte mulhousien a rompu avec Vincent Puthiot pour créer AMO Grand Est en 2008.
« Si la programmation apparaît comme une porte d'entrée vers des missions plus importantes, elle perd son indépendance », estime ce fervent partisan d'une initiation à la programmation dans les écoles d'architecture : un sujet sur lequel Jean-Michel Jacotey relaye la campagne nationale du Syndicat des programmistes en architecture et aménagement (Sypaa), dont le délégué général Bertrand Chauvey a récemment sondé le tissu alsacien.
La défense du métier conduit plusieurs programmistes à s'insurger contre des prestations gratuites assumées par des organismes publics. « J'ai quitté l'Agence départementale d'aménagement et d'urbanisme du Haut-Rhin à cause d'un désaccord sur ce sujet : je souhaitais y créer une entité spécialisée en programmation et pratiquant la vérité des prix », témoigne Jacques Uhrweiller, créateur de Jacques Uhrweiller Conseils en 2007 à Strasbourg.
A la logique de concurrence, le Conseil d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement du Bas-Rhin oppose celle de la complémentarité : « Nous nous limitons à un rôle d'initialisation de la commande et d'expérimentation sur de nouveaux créneaux. Au-delà, il y a de la place pour un vrai marché, ce qui suppose un développement de l'offre », estime son directeur Jean-Marc Biry.

Rayon d'action interrégional

L'étroitesse du marché et l'absence de règles du jeu économique incitent les programmistes alsaciens à se déployer dans le Grand Est sur des projets de tailles diverses : le collège d'Erstein (Bas-Rhin), chiffré à 16 millions d'euros, n'a pas moins passionné Jacques Uhrweiller que l'école de Luppy (Moselle), un projet de 500 000 euros.
Parmi les nouveaux champs en cours de défrichage, Walter Picco cite la rénovation et la gestion de patrimoine : « Je suis entré dans ce métier par l'immobilier, et j'arrive à des missions comme la rénovation de 600 logements, à Colmar », témoigne le gérant de WPi Conseil, ancien responsable de la programmation à l'entreprise GPCI. -

Marcel Parisot, père spirituel

Doyen et père spirituel des programmistes alsaciens, fort de 53 ans de carrière ininterrompue dans le bâtiment, le créateur de MPC, cabinet de programmation né en 2006 à Mundolsheim, avait lancé le métier en Alsace dès 1969. Venu de l'entreprise générale, Marcel Parisot en a gardé le réflexe de la chasse aux aléas : « Faute de programmation, de nombreux projets mal ficelés ne voient jamais le jour », rappelle le programmiste du centre administratif de la communauté urbaine et du palais de la musique et des congrès de Strasbourg. Source toujours renouvelée de sa passion pour le métier, l'écoute des utilisateurs lui interdit de voir un projet comme le clone d'un autre, même lorsque Marcel Parisot devient le spécialiste des commissariats de police d'Alsace et de Lorraine. Formateur de Walter Picco et de Vincent Puthiot, deux acteurs alsaciens de la programmation, le gérant de MPC « rêve de former encore un jeune ».

Chiffres clés

AMO Grand Est : trois emplois, 280 000 euros de chiffre d'affaires.
Jacques Uhrweiller Conseils : un emploi, 75 000 euros de chiffre d'affaires.
MPC : un emploi, 120 000 euros de chiffre d'affaires.
MP Conseil : douze emplois, plus d'un million d'euros de chiffre d'affaires, dont 53 % en assistance à maîtrise d'ouvrage, incluant la programmation.
WPi : quatre emplois, 285 000 euros de chiffre d'affaires.

Commentaires

Alsace - Les programmistes en quête d'identification

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Livre

Prix : 65.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Aide-mémoire - Ouvrages en béton armé

Aide-mémoire - Ouvrages en béton armé

Livre

Prix : 35.00 €

Auteur : Dunod, Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX