En direct

ALSACE Après le pic d'activités de 1999 Le tunnel électoral préoccupe canalisateurs et routières

Laurent Miguet |  le 10/11/2000  |  France Collectivités localesTravailQualitéEntreprises

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France
Collectivités locales
Travail
Qualité
Entreprises
Environnement
Transports
Formation BTP
Haut-Rhin
Bas-Rhin
Santé
Technique
Valider

Après le pic de l'année 1999 où leur chiffre d'affaire pourrait atteindre 800 millions de francs (122 millions d'euros), les canalisateurs d'Alsace craignent un reflux de la commande publique : « Nous commençons déjà à ressentir dans nos carnets de commande l'effet des deux années électorales à venir », témoigne Patrick Solnica, délégué régional, à l'issue de l'assemblée générale du 4 octobre à Guebwiller (Haut-Rhin). Trois semaines plus tard à Colmar, Gérard Vieille, président du syndicat professionnel régional de l'industrie routière d'Alsace (Sprira), a exprimé les mêmes préoccupations : « Notre carnet se dégarnit alors qu'il gonfle encore au plan national. L'Alsace a redémarré plus vite que les autres régions. Elle retombe également plus vite ». Les 23 adhérents (dont quatre nouveaux venus au cours des deux dernières années) du Sprira enregistrent cette tendance après un boom historique : entre le premier semestre 1999 et le premier semestre 2000, le chiffre d'affaires a augmenté de 15 %. Il avait déjà grimpé de 13 % en 1999 pour s'établir à 2,3 milliards de francs (350 millions d'euros).

Dans ce contexte, le Haut-Rhin reste à la traîne de son voisin du nord, selon les canalisateurs : alors que le prolongement des nouvelles lignes de tramway de Strasbourg et la réfection du taxiway de l'aéroport d'Entzheim laissent prévoir de grosses commandes à court terme dans le Bas-Rhin, les entreprises n'attendent pas les premiers travaux du futur tramway de Mulhouse avant 2002. Le Sprira exprime toutefois son soulagement, après la récente nomination de René Jacques (voir interview) à la direction des infrastructures routières du conseil général du Haut-Rhin.

Le reflux quantitatif n'incite pas la profession à baisser les bras dans le domaine de la qualité : « 21 adhérents alsaciens sur 31 ont obtenu leur certification ISO 9000 », se réjouit Patrick Solnica.

Un audit de cinq chantiers

Avec leurs homologues lorrains et l'agence de l'eau Rhin-Meuse, les canalisateurs d'Alsace espèrent contribuer à transmettre leurs exigences qualitatives à l'ensemble de la filière : l'audit des cinq chantiers expérimentaux lancés dans ce but a révélé, en début d'année, les progrès qui restent à accomplir dans les chaînons situés en amont de la chaîne. Les entreprises routières expriment aussi leur souci d'une reconnaissance de leurs efforts dans le domaine de la qualité : « Verrons-nous prochainement la procédure d'assurance qualité pesage, mise en place par la profession, figurer parmi les critères d'attribution dans les dossiers d'appels d'offres » ? Cette question de Gérard Vieille, déjà posée lors de précédentes assemblées générales, n'a toujours pas trouvé de réponses.

"Mieux consommer les budgets d'investissements" INTERVIEW : René Jacques, directeur des infrastructures routières au conseil général du Haut-Rhin

Les entrepreneurs de travaux publics du Haut-Rhin attendaient votre nomination depuis de longs mois. Quelles opérations souhaitez-vous voir démarrer en priorité ?

Depuis mon entrée en fonction, le 15 juillet, je travaille sur quatre opérations prioritaires à court terme : refaire partir la D 417 à Wintzenheim, lancer la deuxième tranche de la D 432 à Brunstatt, poursuivre la rocade ouest de Mulhouse, au droit de la cité des coteaux, et réaliser le nouvel échangeur de l'A35, à hauteur de Sierentz. Un peu plus tard, nous ouvrirons le dossier des routes du Sundgau.

Le Haut-Rhin a longtemps eu la réputation d'une mauvaise exécution de ses budgets. Pensez-vous pouvoir contribuer à redresser cette image ?

L'annulation de la déclaration d'utilité publique de la déviation de Wintzenheim n'a pas arrangé la situation. Nous avons la chance de disposer de budgets d'investissements importants. Mon objectif est de lancer les opérations pour rétablir des niveaux de consommation plus représentatifs de ces budgets.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 03/2020

Voir

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur