En direct

Alpes-Maritimes Traitement global des déchets du Sivades

le 18/09/2008  |  EnvironnementAlpes-MaritimesFrance entière

Le Sivades, syndicat mixte présidé par Maxime Coulet, regroupant douze communes du secteur Cannes-Grasse (un bassin de vie permanent de plus de 200 000 habitants avec une forte augmentation de population l’été et une « production » de 140 000 tonnes de déchets par an), poursuit la mise en place d’une filière globale de traitement des déchets, fondée – c’est sa particularité – sur le refus du « tout incinération ». Ces dernières années, 15 millions d’euros ont servi à créer un centre de tri pilote aux Tourrades (capacité : 28 000 tonnes) et huit déchetteries pour traiter et valoriser 32 000 tonnes.

« Notre projet est de se doter de deux nouveaux équipements pour traiter les 90 000 tonnes d’ordures ménagères du syndicat qui, même si elles sont en diminution, vont encore à La Glacière. Et il n’y a pas de temps à perdre, car ce centre d’enfouissement sera fermé dans deux ans », détaille Didier Casoli, le directeur général du Sivades.

Valorisation organique

La première étape prévue est la création d’un centre de valorisation organique d’une capacité de 130 000 à 170 000 tonnes pour les déchets verts et putrescibles. Transformés en compost, 50 000 tonnes de déchets pourraient ainsi être éliminées et trouver un débouché local dans l’agriculture, la réhabilitation de zones incendiées, etc. Un appel d’offres en conception/construction/exploitation va être relancé avant la fin de l’année (une première consultation avait été annulée), après choix d’un site, de loin la difficulté principale dans ce type de projet. Sa localisation sera « dans la vallée de la Siagne ». Investissement : 50 millions d’euros.

L’autre équipement, sur lequel planche ce syndicat pour traiter les 50 000 tonnes de déchets secs restants et éviter l’enfouissement, est une usine de gazéification. Cette technologie, peu répandue en France, consiste à chauffer les déchets à très haute température pour produire un gaz synthétique proche du méthane, utilisable comme carburant ou pour produire de l’électricité. « Les avantages de la gazéification : l’absence de rejet de dioxines et furanes et des rendements qui sont le double de l’incinération traditionnelle », note Didier Casoli. L’investissement, à réaliser sur les deux prochaines années, est de 50 millions d’euros.

Commentaires

Alpes-Maritimes Traitement global des déchets du Sivades

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur