En direct

Allemagne Le néerlandais HBG rachète Wayss & Freytag

marcel linden |  le 10/01/1997  |  EntreprisesTransportsTechniqueInternationalEurope

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
Transports
Technique
International
Europe
Valider

-Grâce au rachat du numéro sept du BTP allemand, HBG devient un grand groupe européen de la construction.

-Avec un chiffre d'affaires de 30 milliards de francs, le nouvel ensemble pourra mieux se positionner en Europe centrale, tant dans le monde « germanique » que sur les marchés de l'Est. Grâce à Wayss et Freytag, qui réalise en Allemagne de l'Ouest 85 % de son chiffre d'affaires (10,5 milliards de francs en 1996), HBG (Hollandsche Beton Groep) va dorénavant totaliser environ 40 % de son activité en Allemagne, soit autant qu'aux Pays-Bas.

Le président d'HBG, N. de Ronde Bresser, n'a pas chômé : en moins d'une quinzaine de jours, fin 1996, il a exécuté le plan de croissance externe du groupe au Royaume-Uni et en Allemagne (1). A la mi-décembre, il a repris l'entreprise de construction anglaise Higgs et Hill (1,5 milliard de francs de chiffre d'affaires). Le 30 décembre, le holding industriel allemand Agiv (appartenant à la BHF-Bank de Francfort), soucieux de se concentrer sur ses activités de construction mécanique et d'électronique, lui a cédé sa part de 74 % dans Wayss et Freytag.

HBG accélère sa croissance externe au bon moment

Depuis longtemps le major hollandais, qui n'effectuait que 12 % de son chiffre d'affaires en RFA, voulait acquérir une entreprise allemande, mais les prix étaient prohibitifs. Les difficultés internes d'Agiv et la récession sévissant dans le BTP allemand ont permis à HBG de payer un prix « honnête » de 900 millions de francs, correspondant à peu près à la capitalisation boursière des 74 % de Wayss & Freytag. HBG est aussi intéressé par le solde de 26 %, qui appartient pour 10 % à Colonia (Axa-UAP), pour 5 % à la BHF-Bank et pour 11 % à des petits porteurs.

« Nous avons fait une bonne affaire, a confirmé, lors de la signature du contrat à Francfort, Dick Sinninghe Damsté du directoire d'HBG. Depuis longtemps, Wayss & Freytag figurait sur notre liste et, même si le marché du BTP allemand est toujours dans une situation critique, notre nouvelle participation offre un potentiel prometteur à moyenne échéance. » Selon lui, les deux groupes se « complètent parfaitement ». Non seulement HBG élargit ses bases en Allemagne, mais encore il « gagne une plate-forme pour se développer en Europe de l'Est ».

Cap sur l'immobilier et l'international

Wayss & Freytag est bien introduit en Pologne, où il construit des chaînes de magasins d'alimentation aux enseignes allemandes Penny (Rewe) et Hit : il y envisage le rachat d'une entreprise de BTP locale et des carrières afin de se procurer une base de matériaux bon marché.

Déjà, en mai dernier, le directoire de Wayss & Freytag avait manifesté son intention de porter la part du chiffre d'affaires du groupe à l'étranger de 15 % à 25 % en l'an 2000. Le groupe avait aussi amorcé de son côté, en 1995, sa restructuration, prenant du recul dans le bâtiment (secteur déficitaire), au profit d'un développement de la division immobilier et de la division internationale : la première générait déjà en 1995 la moitié du bénéfice opérationnel du groupe et la seconde 30 %. Principalement en raison de l'érosion des marges dans le bâtiment allemand, et surtout en ex-RDA, où se concentrent 55 % de ses activités intérieures, Wayss & Freytag a vu son bénéfice avant impôt reculer de 24 % à 130 millions de francs en 1995, le bénéfice net diminuant d'autant à 84 millions de francs.

La situation a empiré en 1996, conformément aux prévisions du directoire, et le groupe a subi une perte opérationnelle non encore précisée. Mais, « par le biais de cessions d'actifs, Wayss & Freytag a réussi à atteindre l'équilibre financier », assure Udi Stark, président du directoire d'Agiv. Elle emploie encore plus de 8 000 personnes, mais une réduction de 1 000 salariés était prévue au cours de la période 1995-1997. Les effectifs du nouvel ensemble HBG devraient passer à environ 27 000.

HBG va beaucoup mieux que sa nouvelle filiale allemande : selon les analystes financiers, le bénéfice net aurait encore augmenté l'an dernier, passant de 312 millions de francs en 1995 à environ 330 millions.

--Des spécialités complémentaires

-Génie civil : le point fort d'HBG se situe dans les travaux hydrauliques, dont les dragages, notamment à Singapour et à Hong-Kong. Wayss & Freytag est un spécialiste des ponts et chaussées. L'alliance avec HBG permettra de mieux exploiter l'avance technologique de l'entreprise allemande sur ces créneaux.

-Bâtiment : HBG se concentre sur les bâtiments industriels à 33 % de son chiffre d'affaires. L'allemand cherche à réduire la part du non-résidentiel privé, actuellement encore de 50 %.

-Logement : il entre encore pour 18 % dans le chiffre d'affaires de Wayss & Freytag et pour 10 % dans celui du hollandais.

-Développement immobilier : Wayss & Freytag entend faire passer de 11 % à 15 % en l'an 2000 sa part dans le chiffre d'affaires. Actuellement, cette division très rentable compte 38 projets, 20 en préparation et 18 en phase d'exécution, d'une valeur de marché totale de 8,14 milliards de francs.

-Diversification : HBG entend développer le créneau des installations techniques (électriques et mécaniques). L'allemand, qui possède des carrières, est engagé dans la production de briques, de béton prêt à l'emploi, d'éléments en béton et compte développer les activités traitement de l'eau et techniques de l'environnement.

-International : les recoupements géographiques des deux groupes sont secondaires, sauf en Allemagne occidentale où Wayss et Freytag réalise 85 % de son chiffre d'affaires et HBG 12 % du sien ; le sort de sa principale filiale allemande du bâtiment, Raulf Bau, n'est pas encore fixé. Wayss & Freytag est déjà engagé en Pologne et en République tchèque, les deux marchés de BTP les plus dynamiques d'Europe de l'Est.

PHOTO : N. de Ronde Bresser, P-DG de HBG.

Grâce à cette opération, HBG totalisera 40% de son activité en Allemagne, soit autant qu'aux Pays-Bas.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2019

Voir

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Date de parution : 01/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur