En direct

Alerte à l'amiante au siège bruxellois de l'Otan

Defawe Philippe |  le 12/04/2005  |  EuropeBâtimentFrance ArchitectureTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Europe
Réalisations
Bâtiment
France
Architecture
Technique
Valider

L’imposant bâtiment renfermerait dans ses murs suffisamment d’amiante pour préoccuper jusqu'au plus haut de la hiérarchie de l'alliance militaire occidentale.

"D'après des études récentes, de l'amiante a été découverte dans certaines parties du bâtiment", a indiqué le porte-parole de l'Otan, James Appathurai, interrogé lundi.
"Une étude complète est sur le point d'être menée pour savoir s'il pourrait y en avoir ailleurs", a ajouté le porte-parole cité par l’AFP.

Le secrétaire général de l'Otan, Jaap de Hoop Scheffer, a "personnellement ordonné" cette enquête et il suit l'affaire "de très près", a également souligné M. Appathurai.
"On sait qu'il y a de l'amiante, mais on ne connaît pas l'étendue (de la contamination) ni exactement où" il se trouve, a indiqué à l'AFP une source proche de l'Otan, qui a préféré garder l'anonymat.

L'affaire est prise d'autant plus au sérieux que le nouveau siège de l'Otan, dont la construction à proximité du site actuel a été décidée, ne devrait être livré qu'en 2012.
L'Alliance atlantique, née en 1949, occupe toujours les bâtiments construits à la hâte après le transfert en 1967 de son siège parisien à Bruxelles, à la suite de la décision de la France de se retirer du commandement militaire intégré de l'Otan.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil