En direct

Alain Tournebise (Cetiat) : « Pour la maintenance d'une PAC, le professionnel doit être force de proposition »
Alain Tournebise, responsable des formations du Cetiat, assure aussi des stages de la certification QualiPac. - © © CETIAT

Alain Tournebise (Cetiat) : « Pour la maintenance d'une PAC, le professionnel doit être force de proposition »

Mathieu Dejeu |  le 27/02/2015  |  Apprentissage BTPInfrastructuresChauffageMatériel de chantierEnergie

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Apprentissage BTP
Performance énergétique
Infrastructures
Chauffage
Matériel de chantier
Energie
Technique
Bâtiment
Equipement
Valider

Les pompes à chaleur ont connu quelques contre-performances ces dernières années. Alain Tournebise, responsable des formations du Centre technique des industries aérauliques et thermiques (Cetiat), analyse les causes techniques de ces ratés et évoque l’évolution des stages QualiPac.

Quels sont les principaux problèmes recensés avec les pompes à chaleur (PAC) domestiques ?

Alain Tournebise : Nous pouvons mettre en évidence quatre préoccupations majeures. Tout d’abord, la pollution sonore. Le bruit généré par le système dérange le voisinage. La puissance des équipements apparaît également comme un point délicat. Si l’installateur l’a sous-estimée, les consommations de la chaudière d’appoint resteront élevées. Au contraire, s’il l’a surestimée, le système risque une casse anticipée. En outre, l’absence d’étude thermique conduit parfois à des rénovations mal conçues. Enfin, dans certains cas, les usagers négligent l’entretien du matériel. À ce sujet, le professionnel doit être force de proposition, et rappeler ses obligations au client.

Dans le cadre de vos activités, tenez-vous compte de ces problématiques ?

A.T. : Depuis janvier dernier, la formation QualiPac a évolué. Des modules ont été ajoutés. Ils apportent des notions complémentaires sur l’acoustique et les déperditions de chaleur. Le dimensionnement des installations fait maintenant l’objet d’études de cas spécifiques. Par ailleurs, le formateur évalue la pratique du candidat tout au long du cursus. Auparavant, elle n’était testée qu’à la fin du cycle.

Avec le nouveau dispositif d’écoconditionnalité, avez-vous enregistré une hausse des inscriptions ?

A.T. : Entre 2011 et 2013, 50 artisans ont pris part à nos stages. Sur la seule année 2014, ils étaient 60. La majorité ne débutait pas, mais souhaitait obtenir une certification RGE.

Quels obstacles freinent encore la progression des PAC ? 

A.T. : Aujourd’hui, le prix de ces produits reste élevé. Les pouvoirs publics ont réagi à la situation. La déduction du crédit d’impôt pour la transition énergétique est passée à 30 %, sans obligation de bouquet de travaux. À présent, le message doit passer. Au sein de la formation QualiPac, il existe aujourd'hui une séquence spéciale dédiée aux aides et aux réglementations. Les installateurs seront ainsi en mesure d’assister un client dans ses démarches de financement.

A lire aussi le dossier complet : Le renouvelable en manque d'énergie

Commentaires

Alain Tournebise (Cetiat) : « Pour la maintenance d'une PAC, le professionnel doit être force de proposition »

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur