Alain Stéphan, artisan travaillant seul : « En embauchant, on tombe dans un engrenage »
Alain Stéphan

Alain Stéphan, artisan travaillant seul : « En embauchant, on tombe dans un engrenage »

Laurent Duguet |  le 27/09/2018  |  Moi, artisan Second œuvreHérault100 % second œuvre

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
Moi, artisan
Second œuvre
Hérault
100 % second œuvre
Valider

Alain Stéphan, 53 ans, artisan à Gigean (Hérault), compte profiter le plus longtemps possible des avantages du travail en solo. Spécialisé dans le second œuvre, il pense évoluer, l’âge avançant, vers un système de partenariats pour effectuer les gros travaux.

« Quand je me suis lancé dans le bâtiment en 2009, je cherchais un complément de revenus en vue des études de mes enfants. Rapidement, en réalité, je me suis mis à mon compte et j’ai arrêté la fonction publique où j’en avais assez de gérer le stress des autres. J‘apprécie cette forme de liberté que sont le rapport direct au client, le fait de ne pas se dérober, d’être responsable.

Pourquoi avoir des salariés quand je vois les difficultés qu'a rencontrées mon frère aîné, aujourd’hui à la retraite, quand il ne dégageait qu’un salaire de 1 800 €/mois avec 4 personnes ? Il me dit régulièrement que j’ai raison, qu’il faut rester petit et qu’en embauchant, on tombe dans un engrenage, sans compter l’absentéisme qui dérègle l’organisation des chantiers. Je n’ai pas à me préoccuper de quelqu'un d’autre que moi et cette situation me permet de travailler douze heures par jour, dont trois heures pour les déplacements.

Etre seul, c’est aussi pouvoir proposer des taux horaires faibles, ce qui ne serait pas possible avec des salariés. Le plus compliqué quand on est seul, ce sont les déplacements pour récupérer les achats, un vrai casse-tête, et la réalisation de certains travaux lourds. J’ai quelques collègues qui m’aident et avec qui je partage des chantiers. Avec l’âge, et quelques problèmes de santé, je pense évoluer. J’aimerais continuer seul, mais en créant des partenariats, pourquoi pas sous forme de groupement informel pour effectuer les gros travaux ? Cela me permettrait de lever parfois le pied. »

Commentaires

Alain Stéphan, artisan travaillant seul : « En embauchant, on tombe dans un engrenage »

Votre e-mail ne sera pas publié

Ssi-rsi

06/10/2018 19h:26

C’e Vrai même sur paris on est tous dans le même cas.

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Décrypter les règles du Code de la commande publique issues de la loi MOP

Décrypter les règles du Code de la commande publique issues de la loi MOP

Date de parution : 09/2019

Voir

Initiation aux procédés généraux de construction

Initiation aux procédés généraux de construction

Date de parution : 09/2019

Voir

Abrégé des marchés publics de travaux

Abrégé des marchés publics de travaux

Date de parution : 09/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur