En direct

Evénement

Alain Garès prône un urbanisme économe mais ambitieux

CHRISTIANE WANAVERBECQ |  le 04/07/2014  |  EuropeFrance entièreHaute-GaronneInternational

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Europe
France entière
Haute-Garonne
International
Valider
Aménagement -

Alain Garès, directeur général de la SPLA Europolia et président du Club Ville Aménagement qui regroupe une quarantaine de maîtres d’ouvrage français, est un professionnel apprécié. Pour Henri Bava, paysagiste-urbaniste de l’agence Ter, qui l’a rencontré pour la première fois lors d’une visite des projets urbains de Hambourg organisée pour le compte du Club Ville Aménagement, la raison en est simple : « C’est quelqu’un de très éclairé, de très précis. Homme de projet, il sait préparer la voie pour les concepteurs et les mettre en confiance. » Ces qualités, alliées à un esprit curieux, ont conduit les membres du Club Ville Aménagement à le choisir en 2011 comme président. Car l’homme excelle dans la coconstruction. Cette capacité résulte d’une longue pratique de l’aménagement. Etudiant à l’Essec, le Toulousain choisit l’option « urbanisme et aménagement ». A son retour des Etats-Unis, après un an d’études à la Wharton School de Philadelphie, il est en 1972 le premier salarié de l’Agence d’urbanisme de l’agglomération toulousaine, dirigée à l’époque par Jean Frébault. Il ne cessera de s’occuper d’aménagement, au sein du cabinet d’Alain Savary, ancien président du conseil régional de Midi-Pyrénées, ou encore au sein de celui de Martin Malvy, alors secrétaire d’Etat à l’Energie. En 2000, il convainc les élus de lancer, sous forme de ZAC, la zone industrielle Aéroconstellation, créée pour accueillir l’usine d’assemblage de l’A380, et les zones d’habitat mixte Andromède et Monges-Croix du Sud. « Avec ces projets, il a contribué à la mutation de l’urbanisme toulousain en s’attachant à promouvoir qualité architecturale et qualité environnementale, alors que le contexte n’était pas facile. Il a su faire passer les élus de la culture autoroutière à la culture d’aménagement », se souvient l’architecte Pierre-Louis Taillandier.

Aller à l’essentiel

Un court passage, entre 2009 et 2011, à la communauté urbaine de Toulouse Métropole lui laisse le temps de créer la direction générale de l’aménagement et du développement urbain. Depuis, à la tête de la SPLA Europolia, il pilote le projet d’aménagement du quartier de la gare de Toulouse, Toulouse EuroSudOuest. Il y met en pratique sa vision de l’« aménagement low cost » : « Cela va dans le sens de l’histoire. On ne fera plus de très grands investissements publics, car on n’a plus l’argent pour le faire. L’argent est du côté du privé. Cela n’implique pas qu’il y aura moins d’innovation, mais, au contraire, qu’il faut aller à l’essentiel en fournissant une prestation parfaitement et strictement adaptée à son objectif », argumente-t-il. Le président a inscrit d’ailleurs comme sujets de réflexion du club la ville abordable, la sobriété énergétique comme levier du projet urbain et l’impact des normes.

PHOTO - 801336.BR.jpg
PHOTO - 801336.BR.jpg - © Emmanuel Grimault/Le Moniteur

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur