En direct

Alain Anziani, maire de Mérignac (PS), est élu président de Bordeaux Métropole
Maire PS de Mérignac, seconde plus grande commune de la métropole, Alain Anziani, a été élu le 17 juillet président de Bordeaux Métropole. - © anziani2020.fr

Alain Anziani, maire de Mérignac (PS), est élu président de Bordeaux Métropole

Bertrand Escolin (Bureau de Bordeaux du Moniteur) |  le 17/07/2020  |  Bordeaux MétropoleBordeauxElections

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Bordeaux Métropole
Bordeaux
Collectivités locales
Elections
Valider

Maire de la seconde plus grande commune de la métropole , Alain Anziani, élu PS à Mérignac depuis 2001 et maire depuis 2014, vient d’être élu vendredi 17 juillet président de Bordeaux Métropole. Pierre Hurmic, le nouveau maire écologiste de Bordeaux devient premier vice-président.

Si le nouveau maire de Bordeaux tout juste élu déclarait que « la cogestion à la métropole, c’est fini », alors que le principal candidat à la présidence de la métropole, Alain Anziani, en était un farouche partisan, l’accord majoritaire entre verts et socialistes a permis de trancher la question : le maire PS réélu de Mérignac, est élu président de Bordeaux métropole. Il recueille 65 voix sur les 105 élus métropolitains, soit la totalité des voix écologistes et du PS. Philippe Poutou a recueilli une voix.

Alain Anziani, maire de Mérignac, grand défenseur de la « cogestion » comme principe politique de pilotage de la métropole a acté un changement de gouvernance qui reflète le souhait des électeurs.  Extraits : «  La ville centre a basculé, je salue mes prédécesseurs, 3 de droite, 3 de gauche, l’a crise de 1977 où la ville centre aurait pu quitter la communauté urbaine, avait installé la cogestion, à laquelle j’étais favorable ».

Conférence des maires et pacte de gouvernance

Un principe de gentlemen agreement entre les communes de la métropole, instauré par Jacques Chaban Delmas, maire Bordeaux et Sainte marie, maire de Mérignac et président de gauche de la CUB. Repris par Alain Juppé, et même Vincent Feltesse (maire PS de Blanquefort et président de la CUB de 2007 à 2014 et Juppé) et grandes communes de gauche en périphérie.

Alain Anziani, a évoqué ses priorités : « nous allons connaitre une crise économique considérable, dans ce 3e bassin d’activité aéronautique français ». Il déclare sa réticence d’une métropole millionnaire : «  nous avons été surpris par le développement de notre agglomération, créateur d’emploi, mais aussi de nuisances ». Avec qui conduire ces changements ? « je serais garant de l’équité territoriale, le fait majoritaire doit nous faire trouver une nouvelle forme de gouvernance. » Première décision : « nous installerons, conformément à la loi une conférence des maires, instance de gouvernance" et un pacte de gouvernance dans les neuf mois à venir.

Le nouveau président souhaite « une métropole agile, déconcentrée, proche de ses habitants », et des territoires alentour.

Climat et mobilité

Sur les projets, il se veut « garant des engagements pris : les promesses nous engagent, mais il faudra toujours rester prudent, et en vérifier la faisabilité ». Insistant sur l’urgence climatique « un défi extraordinaire et enthousiasmant de la transition écologique qui sera au cœur de notre action et de notre organigramme- Pierre Hurmic étant élu premier vice-président.

Il a ensuite évoqué l’instauration d’un budget climat, avec comme priorités la rénovation énergétique des bâtiments - « la planète y gagne, les habitants y gagnent » - la préservation de la biodiversité, la gestion des déchets, la mobilité douce. Alain Anziani ne veut pas opposer développement et écologie : « la planète brûle, il faut agir, les emplois disparaissent, il faut agir ».

Attaché au développement de toutes les mobilités, Alain Anziani ne veut pas opposer les modes de transports. « Le piéton est un peu oublié dans nos communes, il faudra voir la faisabilité d’un téléphérique, il faudra repenser la ville pour le vélo et pas se contenter d’un replâtrage, et tenir compte de la voiture", a-t-il expliqué. "Le transport en commun est le plus utile, il y aura un grand travail pour changer le contenu du SDODM, remettre à plat les besoins, les capacités budgétaires, et le bilan carbone ».

Sur le logement, il s’est dit indigné par les l’habitat insalubre et précaire.

Désenclaver la rive droite

Concernant l’équilibre territorial,  il entend « désenclaver la rive droite, lui donner plus de mobilité, des nouveaux franchissements, y créer des activités économiques ». Il propose de créer une opération d’intérêt métropolitain sur la rive droite , « par exemple sur le moteur à hydrogène ». Il souhaite également associer plus largement les coopérations territoriales avec les collectivités voisines. Enfin, il propose de « reprendre la gestion de l’eau et de l’assainissement en régie à l’échéance de la DSP ».

Pierre Hurmic a indiqué pourquoi il soutenait cette nouvelle gouvernance : « elle repose sur la reconnaissance du fait majoritaire, a également été choisie par Nantes, Lyon, Strasbourg et Grenoble . Elle n’exclut pas, elle partage, clarifie, avec une instance politique du bureau et une conférence des maires ».

Parmi les défis qui s’annoncent pour la nouvelle équipe : « faire de la métropole un territoire résilient, qui sache anticiper sur les futures crises qui seront encore plus dures, répondre au défi de la mobilisation du logement pour tous, l’accès à l’eau, la sanctuarisation des espaces naturels, la lutte contre les gaspillage. Et le premier vice-président de conclure : « les temps ont changé, il faudra accélérer les révolutions qui nous conduiront à la résilience » et de reprendre la définition de Gandhi, principe « qui nous servira de boussole » : « Il nous faut apprendre à vivre plus simplement pour permettre à d’autres de simplement vivre » .

Le bureau a été élu vers midi, comprenant 20 vice-président(e)s , 8 conseiller(e)s délégué(e)s.  Parmi eux Pierre Hurmic  (maire de Bordeaux), donc, premier vice-président chargé du pilotage et de l’évaluation du projet métropolitain, Christine Bost (maire PS d’Eysine) 2e vice-présidente, chargée de l’aménagement urbain et Clément Rossignol-Puech (maire EELV de Bègles) chargé des stratégies de mobilités. 

Commentaires

Alain Anziani, maire de Mérignac (PS), est élu président de Bordeaux Métropole

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Date de parution : 08/2020

Voir

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Date de parution : 08/2020

Voir

Montage d’une opération immobilière privée

Montage d’une opération immobilière privée

Date de parution : 07/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur