Etat et collectivités

Alain Addé : « le SID, un service unique interarmées »

Le général de corps d’armée Alain ADDÉ, directeur central du service d’infrastructure de la défense (SID), explique la portée de la réforme sur le changement d’appellation des organismes du SID.


Pouvez-vous nous rappeler, en quelques mots, ce qu’est le SID ?
« Le service d’infrastructure de la défense (SID) est le service commun à l’ensemble du ministère de la défense, chargé du soutien immobilier, aussi bien sur le sol national qu’à l’étranger. Nous intervenons dans les domaines de la construction, de la maintenance et de la gestion domaniale.
C’est ainsi que nous adaptons et réalisons des infrastructures pour les forces armées, y compris en opérations extérieures. Nous entretenons le patrimoine immobilier de la défense et jouons un rôle de conseil à tous les échelons de la hiérarchie. C’est une tâche qui occupe plus de 4 400 civils et militaires répartis au sein d’un vaste réseau en métropole et outre-mer. »


Comment-vont s’appeler les organismes du SID ?
« Les directions régionales du génie et les directions des travaux maritimes de Brest et de Toulon deviennent les directions régionales du service d’infrastructure de la défense
(DRSID). Les établissements du génie et le service technique des travaux immobiliers et maritimes, au niveau local, s’appellent désormais établissements d’infrastructure de la défense (EID). Les directions de travaux outre-mer et à l’étranger ainsi que la direction des travaux maritimes de Cherbourg deviennent des directions d’infrastructure de la défense (DID). L’arrêté du 25 septembre 2008 porte en lui la réalité d’un service unique interarmées et modifie l’appellation de nos organismes qui avanceront désormais sous une même bannière, un même logo, un même insigne de tradition. »


Ne pensez-vous pas que la visibilité du SID aurait été meilleure si ses organismes avaient changé de nom plus tôt ?
« Lors de sa création en septembre 2005, personne ne connaissait le SID ; en revanche les établissements du génie, les directions des travaux maritimes, les directions régionales du génie ou encore les services de soutien des bases aériennes étaient des interlocuteurs familiers. Il convenait de conserver ces repères vis-à-vis des « attributaires* », d’autant que le principe des réseaux n’était pas remis en question ; nous devions gérer notre mutation, tout en assurant la continuité du service. Il fallait donc attendre… »


Quelle est la valeur ajoutée liée au changement de nom des organismes du réseau ?
« La diversité et la complémentarité de nos réseaux ne doivent pas faire perdre de vue notre objectif : être clairement identifié comme l’interlocuteur de référence en matière d’infrastructure au niveau ministériel. Nos efforts pour rendre plus homogènes et plus cohérentes nos méthodes et nos interventions étaient devenus incompatibles avec la persistance d’entités portant des noms différents. C’était une source d’erreur et de confusion.
La logique est aujourd’hui d’avoir un nom identique pour des organismes qui effectuent le même travail et qui poursuivent le même but : c’est le sens d’un service interarmées. »


* Les « attributaires » sont les états-majors, les directions et services du ministère de la défense qui disposent ou assurent la garde d’un élément du domaine immobilier de la défense (bâtiment, terrain, base aérienne, camp militaire, ouvrage maritime…). Ces attributaires sont donc les « clients » du SID.


Retrouvez notre article : le SID, interlocuteur unique de la Défense

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X