Aix-en-Provence Une ville qui monte

-Une ambitieuse opération d'urbanisme en plein centre-ville et un développement économique soutenu en périphérie. -L'ancienne capitale de Provence se positionne comme l'une des villes phares de l'Arc méditerranéen.

Partager

Pendant près de deux mille ans, Aix-en-Provence s'est développée dans un périmètre quasiment immuable. Les sources d'eau chaude d'abord, les remparts du Moyen Age ensuite, puis les boulevards périphériques à l'époque moderne ont tour à tour façonné les limites urbaines de la ville. Ce n'est qu'à la fin du siècle dernier, pour les besoins de l'industrie naissante, que la cité du roi René a débordé des limites naturelles de son centre historique. Des fabriques, des ateliers, des équipements collectifs et des réseaux voyaient le jour au-delà des « boulevards extérieurs ». Plus tard, dans les années 60, « la deuxième ville » achevait de prendre forme avec la construction de la ZUP d'Encagnane, puis de la ZAC du Jas-de-Bouffan.

Au fil du temps, la coupure entre ces cités modernes et le vieil Aix n'a fait que s'accentuer. En 1980, la municipalité lançait des études d'urbanisme destinées à relier les deux « morceaux de ville » en créant un nouveau quartier. Mais le projet restait en sommeil. Dix ans plus tard, sous l'impulsion d'un nouveau maire, Jean-François Picheral, un concours international d'économie urbaine était enfin organisé. L'architecte catalan Oriol Bohigas était désigné pour conduire l'opération Sextius-Mirabeau. L'équipe lauréate (MBM, Atelier 9 et Siame) élaborait un plan d'aménagement de zone, et la société d'économie mixte de la ville, la Semeva, était chargée d'aménager ce nouveau quartier.

Après avoir été déclarée d'utilité publique, en 1992, l'opération entrait dans sa phase opérationnelle. Depuis, Aix-en-Provence n'est plus qu'un vaste chantier.

Immeubles, routes, espaces collectifs et équipements publics sont livrés au fil des mois, sans que les Aixois aient pu encore percevoir l'ampleur du programme en cours.

20 ha à aménager au coeur de la ville

En effet, Sextius-Mirabeau représentera à terme (d'ici à 2000) une opération d'une superficie de 200 000 m2 de Shon, réalisée par le secteur privé sur une zone aménagée de 20 ha. Sur ce vaste espace s'intégreront deux parkings de 800 places, une salle de spectacle, un centre de création chorégraphique, un lieu d'accueil pour étudiants et une crèche.

« Nous avons beaucoup travaillé pour éviter deux écueils qui auraient pu avoir des conséquences très graves pour l'avenir de la ville, explique Alexandre Medvedowski, l'adjoint à l'urbanisme et président de la Semeva. D'abord, nous avons tenu à ce que le nouveau quartier soit un modèle de mixité sociale. Toutes les couches de la population y auront leur place, car tous les types de logements sont prévus : des petits et des grands appartements, des résidences pour étudiants et pour personnes âgées, de l'habitat social et des immeubles de standing, sans oublier les bureaux, les commerces et les services publics. »

Le cours Mirabeau va être « relooké »

« L'autre difficulté, poursuit Alexandre Medvedowski, consistait à éviter de plaquer artificiellement le nouveau quartier sur la réalité aixoise actuelle. Pour y parvenir, nous avons tout simplement décidé d'utiliser l'artère emblématique de la ville. Le cours Mirabeau, qui sera bientôt réaménagé, sera le lien naturel entre les deux entités urbaines. »

Démarche courageuse s'il en est, car cette rénovation n'est pas une mince affaire. L'équipe qui sera retenue dans quelques mois devra imaginer une nouvelle utilisation de ce fameux déambulatoire bordé de platanes séculaires, de terrasses et de fontaines. La place de l'automobile et du piéton, le plan de circulation, la vocation commerciale du cours Mirabeau figurent parmi les enjeux essentiels de cette opération. Côté mairie, on indique que la plus célèbre artère de la ville débouchera « naturellement » dans Sextius-Mirabeau, lorsque l'actuelle gare routière, située derrière la place de la Rotonde, sera déplacée et que le casino municipal sera reconstruit au coeur du nouveau quartier. L'espace ainsi libéré sera mis à niveau afin de prolonger vers l'ouest la perspective ouverte par le majestueux cours Mirabeau.

Pôles d'activités : 1 000 emplois par an

Parallèlement aux opérations urbaines en cours ou à venir, Aix mise sur une redynamisation de son tissu économique. Si les traditionnelles industries de production (Coq, Sescosem-Thomson, Seita) ont disparu au cours des dernières décennies, des entreprises plus petites et plus innovantes ont pris le relais en s'installant en périphérie.

Depuis 1990, le solde de création d'emploi est positif : 1 000 nouveaux salariés par an dans le privé. Aujourd'hui, Aix se targue d'être la deuxième ville de France (après Versailles) en termes de création d'emploi (1). La zone des Milles, pôle industriel et commercial déjà ancien mais toujours attractif, a servi de rampe de lancement. Aujourd'hui, la commune pousse son développement vers le sud-ouest, en direction de l'Europôle de l'Arbois. De nouvelles zones d'activités, comme la Pioline, Pichaury ou la Duranne, affichent d'ores et déjà des taux d'implantation très satisfaisants. Les trois sites totalisent actuellement 726 sociétés et 17 000 emplois. Autre signe révélateur : un grand nombre de grands groupes (Orangina, Bouygues Télécom, Matra-Datavision, Française de maintenance, Ortec, Guigues...) ont préféré Aix, par rapport à Marseille ou Nice, pour installer leur délégation régionale. Les infrastructures routières et autoroutières (A8, A51), la proximité de l'aéroport et de la future gare TGV, mais aussi une image très positive de la ville, ont certainement fait pencher la balance du côté aixois.

« Les chefs d'entreprise sont très sensibles à notre patrimoine culturel, artistique et naturel, souligne Michèle Marchetti, directeur de la structure intercommunale Pays d'Aix Développement. Tout en leur proposant un foncier de qualité, des réseaux performants et des possibilités de coopération, nous mettons systématiquement en avant la richesse et la diversité de la vie culturelle de la région aixoise. » L'intégration permanente de ces données dans la politique économique explique que la ville natale de Cézanne joue à fond la carte du tourisme et de la culture. La rénovation du musée Granet va débuter, les thermes sont sur le point de rouvrir, le théâtre de l'Archevêché est en cours de restauration et des investissements ont été réalisés pour moderniser la salle des congrès. Autant de chantiers qui viendront embellir dans quelques mois la carte de visite d'Aix-en-Provence.

(1) Quarante-quatre sociétés ont été enregistrées l'an dernier par l'agence Pays d'Aix Développement. Elles ont généré 4,2 millions de francs de taxe professionnelle.

PHOTOS : (1) L'opération Sextius-Mirabeau est entrée dans sa phase opérationnelle. Aix-en-Provence est un vaste chantier.

(2) De nouvelles zones d'activités, comme la Pioline, Pichaury ou la Duranne, affichent des taux d'implantation très satisfaisants. Les trois sites totalisent actuellement 726 sociétés et 17 000 emplois.

(3) Le cours Mirabeau sera réaménagé en utilisant le déambulatoire bordé de platanes séculaires.

AIX EN PROVENCE Les chiffres clés

Population : 126 000 habitants.

Budget 1997 : 1 221 millions de francs.

Budget d'investissement : 215 millions de francs.

Dette : 7 205 francs par habitant.

Emprunt : 95 millions de francs.

AIX EN PROVENCE Les promoteurs présents sur Sextius-Mirabeau

La première phase de l'opération Sextius-Mirabeau, qui s'achèvera au cours de cette année, a été divisée en lots permettant à plusieurs promoteurs privés d'intervenir.

Ilot Auteuil : Stim Bâtir, 158 logements (« les Studios de Villevieille ») ; Progereal, 68 logements et 900 m2 de commerces (programme « Port Royal »).

Ilot Lapierre : Réside Etudes, 207 logements (« les Estudiantines Mirabeau »).

Ilot Aigle-d'Or : Art et Construction, 32 logements (programme Aigle-d'Or II).

Ilot Juvenal : Stim Bâtir, 72 logements (« les Toits de Méjanes ») ; Progereal, 44 logements (« le Félibrige ») et 250 m2 de commerces.

Ilot Lesseps : Urbat-Sofimme, 68 logements et 100 m2 de commerces.

Les promoteurs présents sur Sextius-Mirabeau

La première phase de l'opération Sextius-Mirabeau, qui s'achèvera au cours de cette année, a été divisée en lots permettant à plusieurs promoteurs privés d'intervenir.

Ilot Auteuil : Stim Bâtir, 158 logements (« les Studios de Villevieille ») ; Progereal, 68 logements et 900 m2 de commerces (programme « Port Royal »).

Ilot Lapierre : Réside Etudes, 207 logements (« les Estudiantines Mirabeau »).

Ilot Aigle-d'Or : Art et Construction, 32 logements (programme Aigle-d'Or II).

Ilot Juvenal : Stim Bâtir, 72 logements (« les Toits de Méjanes ») ; Progereal, 44 logements (« le Félibrige ») et 250 m2 de commerces.

Ilot Lesseps : Urbat-Sofimme, 68 logements et 100 m2 de commerces.

Les grands chantiers aixois

Outre la poursuite de l'opération Sextius-Mirabeau, de nombreux chantiers sont en cours ou déjà programmés. En voici quelques exemples :

- Réhabilitation du théâtre de l'Archevêché : 50 millions de francs (dont 15 millions financés par l'Etat).

- Réaménagement du cours Mirabeau : 50 millions .

- Réalisation de l'échangeur de la Chevalière : 53 millions de francs (55 % Etat, 22,5 % ville, 22,5 % département).

- Restauration du musée Granet : 90 millions de francs (dont 50 millions de financements municipaux).

- Rénovation de la salle de congrès Carnot : 18 millions de francs.

- Réouverture des thermes (photo ci-dessus) : 160 millions de francs (60 millions financés par la ville et 100 millions par le privé).

- Restructuration des abords des palais Verdun et Monclar : 5 millions de francs.

PHOTO

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
AIX-EN-PROVENCE Un effort pour les HLM

Longtemps lanterne rouge en matière de logements sociaux, Aix est en train de combler son déficit. L'office public de la ville - qui gère un parc locatif de 5 000 appartements - est sur le point de réaliser, ou vient de livrer, quatre programmes importants, équitablement répartis sur le territoire communal. Au total, 223 logements sociaux sont concernés.

Il s'agit de 58 logements sur l'avenue de l'Europe (dans le périmètre de Sextius-Mirabeau), de 52 appartements à la Glycérine , photo ci-dessous (avenue De Lattre-de-Tassigny), de 57 logements à la Campagne-Nègre (route des Alpes) et de 56 appartements avenue Sainte-Victoire.

Autre projet en bonne voie : la réalisation d'une résidence universitaire de 120 chambres sur deux bâtiments au Jas-de-Bouffan. Enfin, l'OPHLM a engagé, cette année, une vaste campagne de réhabilitation pour laquelle 31 millions de francs ont été affectés.

Un effort pour les HLM

Longtemps lanterne rouge en matière de logements sociaux, Aix est en train de combler son déficit. L'office public de la ville - qui gère un parc locatif de 5 000 appartements - est sur le point de réaliser, ou vient de livrer, quatre programmes importants, équitablement répartis sur le territoire communal. Au total, 223 logements sociaux sont concernés.

Il s'agit de 58 logements sur l'avenue de l'Europe (dans le périmètre de Sextius-Mirabeau), de 52 appartements à la Glycérine , photo ci-dessous (avenue De Lattre-de-Tassigny), de 57 logements à la Campagne-Nègre (route des Alpes) et de 56 appartements avenue Sainte-Victoire.

Autre projet en bonne voie : la réalisation d'une résidence universitaire de 120 chambres sur deux bâtiments au Jas-de-Bouffan. Enfin, l'OPHLM a engagé, cette année, une vaste campagne de réhabilitation pour laquelle 31 millions de francs ont été affectés.

PHOTO

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
JEAN-FRANCOIS PICHERAL « Nous voulons maîtriser le développement de la ville » Le maire d'Aix-en-Provence dresse un bilan.

A quoi ressemblera votre ville dans dix ou quinze ans ?

jean-françois picheral :

Tous nos efforts actuels tendent à moderniser et à embellir la ville tout en gardant la maîtrise de son développement. Notre politique urbaine se veut à la fois audacieuse et raisonnable. Tous les projets en cours restent à l'échelle humaine. Aucune réalisation ne sera pharaonique. Pour autant, le travail en cours sur Sextius-Mirabeau représente la plus grande opération d'urbanisme intra-muros jamais tentée en Europe. Aix va entrer dans le vingt et unième siècle avec un centre-ville agrandi, rénové et dynamisé. La population va bientôt s'approprier de nouvelles rues, de nouveaux logements, des commerces et de nouveaux équipements sans que cela vienne nuire aux quartiers existants.

Dans quelle direction la ville va-t-elle se développer dans les prochaines années ?

Les possibilités foncières tirent essentiellement le développement vers l'ouest. La présence de l'Europôle de l'Arbois à nos portes est un atout supplémentaire. De la Rotonde aux limites de Vitrolles, il y a 14 km. C'est en partie sur cet axe, qui traverse de vastes espaces aménageables, que devrait se construire l'avenir économique de la ville. Cependant, d'autres secteurs comme Luynes-les Milles peuvent encore être dynamisés.

Aujourd'hui, quelles sont vos priorités ?

En huit ans, nous avons déjà amélioré pas mal de choses. Le nombre de logements universitaires a quasiment doublé, la réhabilitation du vieil Aix s'est accélérée, un nouveau palais de justice a vu le jour, plusieurs zones d'activités ont été aménagées et le programme Sextius-Mirabeau a été lancé. A présent, deux opérations me tiennent à coeur : la rénovation du cours Mirabeau et le renforcement de l'image culturelle et touristique de la ville. En 2001, Aix disposera d'une artère centrale encore plus agréable. Je suis impatient de découvrir les projets proposés par les trois équipes présélectionnées, et je n'écarte pas l'idée de consulter les Aixois pour l'arbitrage final. En matière de culture, je souhaite qu'Aix devienne véritablement une ville « cézanienne ». L'atelier Cézanne et le musée Granet seront bientôt restaurés. On pourra, dans l'avenir, y accrocher quelques-unes des grandes toiles actuellement exposées au musée d'Orsay. Avec la relance du thermalisme, avec une extension du patrimoine « cézanien », Aix sera mieux armée pour répondre à la demande touristique du siècle prochain.

PHOTO : JEAN-FRANCOIS PICHERAL

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
Mon actualité personnalisable

Suivez vos informations clés avec votre newsletter et votre fil d'actualité personnalisable.
Choisissez vos thèmes favoris parmi ceux de cet article :

Tous les thèmes de cet article sont déjà sélectionnés.

  • Vos thèmes favoris ont bien été mis à jour.

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS LE MONITEUR

Tous les événements

Les formations LE MONITEUR

Toutes les formations

LES EDITIONS LE MONITEUR

Tous les livres Tous les magazines

Les services de LE MONITEUR

La solution en ligne pour bien construire !

KHEOX

Le service d'information réglementaire et technique en ligne par Afnor et Le Moniteur

JE M'ABONNE EN LIGNE

+ 2 500 textes officiels

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

94 - St Maur des Fosses

Prélèvements et analyses microbiologiques pour les unités de restauration

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS

Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil