Le moniteur
Agriculture et espaces verts : les transferts technologiques s’accélèrent
Les lauréats du concours d'innovation qui précède chaque édition du salon international du machinisme agricole se sont présentés à la presse le 24 novembre. - © © Laurent Miguet

Agriculture et espaces verts : les transferts technologiques s’accélèrent

Laurent miguet |  le 05/12/2016  |  Aménagements extérieursInnovationTechniqueBâtiment

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Paysage
Aménagements extérieurs
Innovation
Technique
Bâtiment
Valider

Le salon international du machinisme agricole (Sima) confirmera la convergence technique entre agriculture et espaces verts, du 26 février au 2 mars à Villepinte. Les évolutions sociétale et réglementaire précipitent cette évolution illustrée par le palmarès des Sima Award Innovation.

Préserver les sols, gagner en productivité et poursuivre l’intégration numérique : les espaces verts se reconnaîtront aisément dans les trois tendances affichées au salon international du machinisme agricole (Sima), qui se tient du 26 février au 2 mars à Villepinte.  La pression démographique et l’urgence écologique ont fixé le cap commun aux 127 dossiers de candidature aux Sima Innovation Awards, dont la presse a découvert les lauréats le 24 novembre  : « Produire plus et mieux, pour satisfaire les besoins alimentaires des 9 milliards d’humains qui peupleront la planète en 2050 », résume Laurent de Buyer, président de la commission économique du syndicat des industriels de l’agro-équipement (Axema), organisateur du Sima.

Les pneus ménagent les sols

Médaillé d'or au concours d'innovation du salon Sima, Emmanuel Ladent (à gauche), directeur de Pneus agricole monde chez Michelin, explique au journaliste Jérôme Bonaldi les qualités de préservation du sol des pneus
Médaillé d'or au concours d'innovation du salon Sima, Emmanuel Ladent (à gauche), directeur de Pneus agricole monde chez Michelin, explique au journaliste Jérôme Bonaldi les qualités de préservation du sol des pneus "deux en un". - © © Laurent Miguet

Certes, la protection des sols, telle que l’envisagent les deux co-titulaires de la médaille d’or, n’évoque pas le quotidien des entreprises de travaux paysagers : le pneu évolutif  2 en 1 de Michelin et la modulation automatique du gonflage proposés par Trelleborg s’appliquent aux mastodontes de l’agriculture intensive. Mais les compétiteurs du Sima Innovation Award ne perdent pas de vue les applications possibles de leurs technologies dans les espaces verts : le géant français du pneu y a déjà pris pied à travers son partenariat avec John Deere, pour des petits et moyens tracteurs équipés de pneus sans air.

Avec son tracteur 100 % électrique cité aux Awards, John Deere illustre une fonction de la compétition technologique du Sima : faire rêver à l’avenir, quitte à emmener le visiteur dans un calendrier incertain, dans lequel l’agriculteur – ou le gestionnaire de parcs publics - alimentera sa machine avec l’électricité produite par la biomasse des terres qu’il plante et entretient. Mais le même constructeur américain sait aussi se montrer en phase avec le quotidien des deux publics : médaillée d’argent, sa centrale embarquée de graissage intelligent s’adapte à tous les outils transportés par le tracteur et à toutes les fréquences d’utilisation.

Mutualiser l’agro-météo

Alors que les trophées et citations dédiés à la course à la productivité et à la préservation des sols récompensent des industriels bien installés dans l’industrie du machinisme agricole, l’intégration dans le big data numérique laisse une chance à des jeunes entreprises comme Sencrop, fondée en janvier 2016 à Lille par Michael Bruniaux et Martin Ducroquet : la réunion de leur compétence, dans les capteurs et l’agriculture, a donné naissance à une plate-forme collaborative agro-météo. « La logique d’optimisation des tournées qui prévaut à cette application peut aussi intéresser les espaces verts », soutiennent les associés. La convergence technique entre agriculture et paysage renvoie à des rapprochements réglementaires et sociétaux que le président du jury des Sima Innovation Award 2017 observe au quotidien : « L’agriculture urbaine renforce l’identité commune aux deux univers. L’interdiction des produits phytosanitaires place les espaces verts en première ligne, sur une évolution qui s’étendra à d’autres terres cultivées. Enfin, la trame verte et bleue fait rentrer le paysage dans l’agriculture, par l’intermédiaire de la biodiversité », remarque Jean-Marc Bournigal, également président de l’institut de recherche en sciences et technologie pour l’environnement et l’agriculture (Irstea).

Le bras électrique muscle Rousseau

Pour son bras électrique de débroussaillage, Rousseau a décroché une médaille d'argent aux concours d'innovation du salon Sima.
Pour son bras électrique de débroussaillage, Rousseau a décroché une médaille d'argent aux concours d'innovation du salon Sima. - © © Rousseau
Le bras électrique de débroussailleuses restera dans les annales de Rousseau : une médaille d’argent a récompensé cet outil, suite à la première participation de la PME de Neuville-sur-Saône (métropole lyonnaise) au concours d’innovation du Salon international du machinisme agricole.

Derrière le nom « e-kastor », se cache une synthèse entre tradition et modernité, version Rousseau : « Kastor, c’est le nom de la première machine lancée par les frères Rousseau, créateurs de la société en 1962 », rappelle Guillaume Daudré, directeur commercial de la PME de 130 salariés, rachetée en 2004 par le groupe américain Alamo. Clin d’œil au numérique, le e, suivi d’un tiret, évoque surtout le pas en avant franchi par la société dans la transition énergétique : la prise de force génère l’énergie électrique régulée par deux variateurs, qui amènent le courant aux moteurs des bras de 5 à 12 m. « Ce système breveté évite les pertes de charge entre création et restitution d’énergie », explique Guillaume Daudré. La version hybride – l’électricité pour le rotor et l’hydraulique pour le mouvement - constitue un premier pas vers le débroussaillage 100 % électrique. Rousseau continuera à exploiter cette technologie, développée avec l’appui de l’Ecole des arts et métiers de Lyon, dans d’autres applications que le débroussaillage. A l’énergie propre, e-kastor ajoute le remplacement de l’huile par un liquide de refroidissement biodégradable. La réduction du poids fait aussi partie des qualités du nouvel outil.

Source de la moitié des 18 millions d’euros de chiffre d’affaires devant les agriculteurs et les entreprises, les collectivités tirent le marché ciblé par cette innovation, qui cible les travaux de débroussaillage des bords de route. « Les marchés du paysage stimulent d’avantage l’énergie propre que ceux de l’agriculture »,  commente Guillaume Daudré. L’arrivée de Rousseau au Sima n’en illustre pas moins la complémentarité entre les deux univers.

Commentaires

Agriculture et espaces verts : les transferts technologiques s’accélèrent

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Date de parution : 06/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur