En direct

« Agir en faveur du handicap au travail dans le BTP, c’est possible »
PHOTO - 596484.BR.jpg - © Guillaume ATGER/LE MONITEUR

« Agir en faveur du handicap au travail dans le BTP, c’est possible »

Propos recueillis par Caroline Gitton |  le 09/11/2012  |  TravailAccessibilitéFrance entièreImmobilierRéglementation

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Droit du travail
Travail
Accessibilité
France entière
Immobilier
Réglementation
Valider

A l’occasion du lancement de la Semaine pour l’emploi des personnes handicapées (1), Valérie Tran, co-auteur de l’ouvrage Entreprise et handicap (2) et par ailleurs directrice du cabinet Ariane Conseil (3), propose aux entreprises des pistes pour agir sur ce sujet.

Vous publiez l’ouvrage "Entreprise et handicap". Pourquoi ?

Cet ouvrage, co-écrit avec Sylvie Liberti, fondatrice d’Ariane Conseil, constitue une tribune pour partager avec les entreprises notre expérience sur la mise en œuvre de politiques handicap. Il apporte des repères méthodologiques et propose des pistes d’actions aux entreprises désireuses d’initier une politique handicap ou de donner une impulsion à des actions déjà menées en la matière. Cet ouvrage s’adresse à la fois aux dirigeants, aux DRH mais aussi aux institutions représentatives du personnel et aux chargés de mission handicap. Il est également illustré par des témoignages d’entreprises qui y évoquent leurs bonnes pratiques.

Comment se situe le BTP par rapport au sujet du handicap ?

Certaines entreprises, et notamment les grands groupes, sont déjà bien engagées sur le sujet. Cela montre qu’il est possible d’agir et ce, sur les différents volets d’une politique handicap : recrutement, collaboration avec le secteur adapté, maintien dans l’emploi…

Compte tenu des contraintes physiques liées au travail sur chantier, le maintien dans l’emploi est un sujet incontournable dans le secteur du BTP : comment accompagner des salariés dont l’état de santé se dégrade ? Une question qui ne renvoie pas seulement à l’obligation de reclassement au sens juridique du terme et qui ne touche pas seulement les salariés reconnus handicapés. Cette problématique concerne aussi, à titre préventif, tous les salariés de l’entreprise. La finalité, en lien avec les démarches de santé au travail et de réduction de la pénibilité, est en effet d’éviter de générer des situations de handicap.

Par quoi doivent commencer les employeurs qui se lancent dans une démarche en faveur de l’emploi de personnes handicapées ?

Je conseille de débuter par un diagnostic, afin de savoir comment se situe l’entreprise par rapport au sujet. Le diagnostic permet d’identifier les freins et les leviers d’action et de concevoir un programme d’action pertinent, adapté au contexte, aux métiers et aux contraintes de l’entreprise. Et l’intérêt d’un diagnostic ne s’arrête pas là… un diagnostic bien mené se traduit par une mise en mouvement des acteurs car il déclenche une prise de conscience et un changement des comportements.

C’est d’ailleurs une phase préalable obligatoire si l’entreprise décide de signer une convention avec l’Association pour la gestion des fonds pour l’insertion des personnes handicapées (Agefiph) ou un accord agréé par la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (Direccte).

Que recommandez-vous aux entreprises du BTP en matière de recrutement de travailleurs handicapés ?

Tout d’abord d’élargir leur sourcing. Les entreprises qui sont habituées à faire appel aux mêmes partenaires ne doivent pas hésiter à solliciter davantage des structures spécialisées dans le placement de personnes handicapées. Autre conseil : en cas de difficultés pour identifier des profils conformes à leurs  besoins, réinterroger ses pratiques. La méthode du recrutement par simulation par exemple ouvre des perspectives.  Dans ce cas, plus de CV, mais seulement des exercices reproduisant les conditions de travail du poste à pourvoir. L’entreprise ouvre ainsi ses portes à des personnes dont le CV ne correspond pas tout à fait au profil recherché.

A moyen terme, les employeurs peuvent aussi mettre en place des programmes de formation spécifiques pour permettre aux personnes handicapées de se positionner sur des emplois que l’entreprise sait devoir se développer demain. La gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences (Gpec) peut, à ce titre apporter des éléments de réflexion précieux.

Que faire par rapport à un collaborateur qui risque d’être déclaré inapte à son poste de travail ?

Les deux idées clé sont l’anticipation et la concertation. Il ne faut surtout pas attendre que l’inaptitude du salarié soit constatée par le médecin du travail pour agir. Il existe des signaux d’alerte bien avant cela : absentéisme, problèmes de santé connus de l’équipe et du management… Il faudrait d’ailleurs parler plutôt de prévention de la désinsertion que de maintien dans l’emploi ! Deuxième idée clé, celle de la concertation. Associer la personne concernée, les services de santé au travail en général et le médecin du travail en particulier est un gage de réussite.

Le dernier conseil que je donnerais est de bien avoir en tête que travailler sur le maintien dans l’emploi ne se limite pas au reclassement dans l’entreprise, et qu’il ne se limite pas non plus à l’aménagement du poste. Un salarié risquant d’être déclaré inapte doit être accompagné dans son projet de manière globale. On peut imaginer un bilan de compétences, une action de formation, un accompagnement pour l’aider à accepter son handicap par exemple.

Quels sont les facteurs de réussite d’une démarche en faveur du handicap ?

Une politique handicap est un projet d’entreprise et doit être positionné comme tel. Autrement dit, elle doit être soutenue par les équipes de direction, pilotée au plan opérationnel par un responsable de projet (le chargé de mission handicap) et relayée sur le terrain par les managers.

D’autre part, une politique handicap se conçoit et se déploie comme une démarche projet. Il faut que soit défini des objectifs, un programme d’actions, des moyens humains et financiers. Et, pour boucler la boucle, les résultats de la politique handicap doivent être mesurés pour rendre compte de ce qui a été fait mais aussi et surtout pour faire vivre et continuer d’améliorer la situation de l’entreprise.

(1) Evènement organisé dans toute la France du 12 au 18 novembre.

(2) Entreprise et handicap : enjeux, mode d’emploi, bonnes pratiques, publié aux éditions Eyrolles

(3) Cabinet conseil spécialisé sur les politiques handicap et santé au travail

Commentaires

« Agir en faveur du handicap au travail dans le BTP, c’est possible »

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Voirie et réseaux divers

Voirie et réseaux divers

Date de parution : 10/2019

Voir

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2019

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2019

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur