Afficheurs déportés sur Linky : l’UFC-Que choisir saisit le Conseil d’Etat pour son inaction

L'installation d'afficheurs déportés sur les compteurs Linky est pourtant prévue par la loi pour la transition énergétique. Aucun arrêté n’a été pris pour couvrir les fournisseurs le distribuant, déplore l’association de défense des consommateurs.

Partager
Afficheurs déportés sur Linky : l’UFC-Que choisir saisit le Conseil d’Etat pour son inaction

Nouvelle attaque de l’UFC-Que Choisir contre Linky. Cette fois, l’association de défense des consommateurs s’en prend au gouvernement pour son inaction dans le déploiement des afficheurs déportés sur le compteur Linky, destinés aux ménages précaires.

« Déjà reportée d’un an (du 1er janvier 2018 au 1er janvier 2019), la mise en place de l’afficheur déporté reste conditionnée à la prise d’arrêtés indispensables pour couvrir les coûts des fournisseurs le distribuant qui n’ont toujours pas été publiés par le ministère », déplore l’UFC-Que choisir. L’association a donc décidé de saisir le Conseil d’Etat afin d’enjoindre l’Etat d’adopter les textes manquants dans les plus brefs délais. En réponse, le ministère de la transition écologique aurait fait savoir qu’aucun calendrier n’avait été prévu.

CSPE

L’article 28 de la loi du 17 août 2015 pour la transition énergétique a pourtant rendu obligatoire la mise à disposition gratuite de cet appareil par les fournisseurs d’électricité pour les consommateurs précaires. Dans son rapport annuel 2018, la cour des comptes constatait que les « afficheurs déportés ne seront proposés que tardivement, postérieurement au 1er janvier 2018, date prévue par la réglementation.

En effet, leur conception ne peut être entamée sans connaître le niveau de leur financement par la contribution au service public de l’électricité (CSPE), défini par un texte qui n’avait pas encore été publié en septembre 2017 ».

Application smartphone

La généralisation de l’afficheur déporté est régulièrement réclamée par les autorités publiques comme le Médiateur national de l’énergie, la Cour des comptes et l’Ademe. Ce n'est pas le cas de Bernard Lassus, le directeur général d’Enedis, qui n’a jamais été un grand partisan de l’afficheur déporté. A l’occasion d’un bilan d’étape en décembre 2017 au cours duquel Le Moniteur a pu assister, le n°1 du gestionnaire du réseau qualifiait le dispositif de « fausse bonne idée », et peu concluant dans les pays comme l’Angleterre où il a été expérimenté.

« Ils sont la plupart du temps installés dans des placards, il faut vivre avec son temps », avait rétorqué Bernard Lassus. Enedis mise plutôt sur le déploiement d’outils numériques (espace internet, application smartphone) pour faciliter la gestion de sa consommation.

Une image dégradée


Selon le 12e baromètre Energie-Info publié par le médiateur de l’énergie fin décembre, 55% des Français pensent que le petit boitier jaune va leur permettre de mieux suivre leur consommation (contre 70% en 2017) et 25% qu’ils vont permettre de les aider à réaliser des économies d’énergie (14% en 2017). Par ailleurs, 45% d’entre eux ne sont pas favorables à leur installation.

« La suppression des emplois et l’inutilité de ces nouveaux compteurs sont les freins les plus fréquemment invoqués », indique Jean Gobert, le médiateure de l’énergie.

Mon actualité personnalisable

Suivez vos informations clés avec votre newsletter et votre fil d'actualité personnalisable.
Choisissez vos thèmes favoris parmi ceux de cet article :

Tous les thèmes de cet article sont déjà sélectionnés.

  • Vos thèmes favoris ont bien été mis à jour.

Sujets associés

NEWSLETTER Architecture

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Les formations LE MONITEUR

Toutes les formations

LES EDITIONS LE MONITEUR

Tous les livres Tous les magazines

Les services de LE MONITEUR

La solution en ligne pour bien construire !

KHEOX

Le service d'information réglementaire et technique en ligne par Afnor et Le Moniteur

JE M'ABONNE EN LIGNE

+ 2 500 textes officiels

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

60 - Liancourt

Ravalement d'une maison de maître de 5 logements collectifs locatifs, rue des Arts et Métiers

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS

Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil