En direct

Action cœur de ville donne de l'air aux maires
A Montauban (Tarn-et-Garonne), cette boutique « à l’essai » constitue un des outils du dispositif visant à redynamiser le centre-ville. - © VILLE DE MONTAUBAN

Action cœur de ville donne de l'air aux maires

Sophie Le Renard |  le 16/11/2018  |  LogementGouvernementImmobilier

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Logement
Gouvernement
Immobilier
Valider

Le plan lancé en début d'année constitue un coup de pouce salutaire pour la construction et la rénovation de l'habitat.

« Dans le plan Action cœur de ville, le volet habitat, très fourni, va permettre de traiter les enjeux de dégradation, d'insalubrité, de vacance et d'adaptation de l'offre en matière de logements, dans le centre des villes moyennes », explique Jean Guiony, coordonnateur national du programme, au sein du Commissariat général pour l'égalité des territoires (CGET).

Annoncé en mars 2018 par le gouvernement, le plan mobilise 5 Mds €, sur cinq ans : 1,7 Md € de la Caisse des dépôts, 1,5 Md € d'Action Logement, 1,2 Md € de l'Agence nationale de l'habitat (Anah) et 600 M€ de crédits de l'Etat. Il donne à 222 villes moyennes (entre 20 000 et 100 000 habitants) des fonds supplémentaires afin de rendre attractif leur centre urbain. Toutes les conventions sont en passe d'être signées et les villes disposent ensuite de dix-huit mois pour affiner leur stratégie. Mais, selon le CGET, « 518 projets sont d'ores et déjà prêts et font l'objet d'engagements financiers. 75 M€ sont mobilisés de la part de l'ensemble des financeurs. » De nombreuses communes, bénéficiaires du plan, avaient déjà enclenché des dispositifs. C'est le cas de Montauban (Tarn-et-Garonne), qui compte une vingtaine d'actions « majeures et matures » en cours. « Action cœur de ville est une opportunité pour amplifier une politique déjà engagée, grâce aux moyens supplémentaires alloués, considère Marie Charron, directrice du projet dans la ville. Il permet une approche plus globale et personnalisée, afin que le centre puisse redevenir un vrai choix de la part des habitants. » L'impact économique pour Montauban n'est pas à négliger, à la fois à travers les entreprises de BTP et les investisseurs privés locaux qui vont intervenir sur le volet rénovation et construction de nouveaux logements. « Les financements de l'Anah ne sont pas délocalisables. Les emplois générés dans le secteur du bâtiment, lors de la mise en œuvre du plan, doivent participer au développement économique local », confirme Hélène Le Rai, référente des régions Provence-Alpes-Côte d'Azur et Nouvelle Aquitaine de l'Anah.


Si les élus avaient déjà enclenché des dispositifs, le plan vient renforcer leurs moyens d'action

Aide à l'ingénierie et aux travaux. L'organisme a un rôle d'aide à l'ingénierie, d'animation de projet, de cofinancement du chef de projet et aussi d'aide aux travaux. « Le programme nous donne la capacité d'intervenir plus fortement notamment en direction des copropriétés », précise Hélène Le Rai.

Par l'achat de patrimoine en vue d'une restructuration, de subventions ou de prêts, Action Logement va soutenir 23 villes (Dunkerque, Angoulême, Châlons-en-Champagne, Pau, Fécamp… ) cette année, dans le cadre de ce plan. L'organisme est libre d'intervenir là où il le souhaite.

Les entreprises publiques locales (EPL), œuvrant dans 90 % des villes sélectionnées, veulent elles aussi s'engager. Ces acteurs mettent en avant « leurs compétences pour répondre aux maires sur la mise en œuvre opérationnelle de ces projets complexes », selon les mots de Jean-Marie Sermier, député (LR) du Jura et président de la fédération des EPL. Histoire de redonner un nouveau souffle à ces territoires.

Des outils dans la loi Elan

La revitalisation des centres-villes fait l'objet de 17 articles de la loi Elan, adoptée en octobre. Le texte prévoit notamment la création des opérations de revitalisation de territoire (ORT).

Pivot des conventions Actions cœur de ville et outils destinés aux collectivités pour limiter les surfaces commerciales périphériques, elles permettront aux préfets de suspendre les autorisations et de faciliter les implantations en centre-ville. La loi entérine aussi le retour des chambres consulaires dans les commissions d'aménagement commercial, le renforcement des schémas de cohérence territoriale (Scot) en matière commerciale, etc.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Date de parution : 06/2019

Voir

Initiation à la construction parasismique

Initiation à la construction parasismique

Date de parution : 06/2019

Voir

Architectes et ingénieurs face au projet

Architectes et ingénieurs face au projet

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur