En direct

Acier/plastique Sotralentz vise le milliard de francs de chiffre d'affaires en 1997

jacques trentesaux |  le 28/03/1997  |  Produits et matérielsAcierTravaux sans tranchéeIndustrieHygiène

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Produits et matériels
Acier
Travaux sans tranchée
Industrie
Hygiène
Europe
Bas-Rhin
Immobilier
Valider

-La société alsacienne défie la crise en s'appuyant sur trois métiers : chaudronnerie, tréfilerie, plastique. -Elle recrute 140 personnes, portant son effectif total à 1 200 salariés.

Sotralentz part à l'assaut du milliard de francs de chiffre d'affaires pour 1997 (dont près de 60 % réalisés à l'export). Cette discrète société alsacienne, basée à Drulingen (Bas-Rhin) connaît une croissance régulière et soutenue de son activité (+ 150 % en douze ans) et dégage chaque année de 40 à 50 millions de francs de résultat net.

Après avoir opéré des départs en retraite progressive, un plan d'annualisation du temps de travail, et utilisé la loi Robien, la PMI vient de recruter 140 salariés (dont 126 jeunes) ; cette opération se solde au total par la création de 10 emplois. Sotralentz s'appuie sur trois métiers : la chaudronnerie, la tréfilerie et le plastique.

Offrir une gamme de produits diversifiés

« Notre capacité à fabriquer des pièces de chaudronnerie techniques et volumineuses, grâce à un outil de production performant, fait notre particularité », explique Patrick Lentz, jeune P-DG de 38 ans. Sotralentz achève ainsi la construction d'un tunnelier géant pour le métro de Hambourg. Le rachat du lorrain Obringer en 1994, spécialiste de l'Inox et des petits ensembles de chaudronnerie et de tuyauterie, a permis à Sotralentz « d'offrir la palette la plus large possible de produits », ce qui constitue également un point fort.

L'entreprise semble tirer son épingle du jeu, même quand il s'agit de produits banalisés tels que le treillis métallique pour le béton armé. Sotralentz est même parvenue à accroître les parts de marchés et le volume des ventes de sa division tréfilerie, pourtant la plus exposée à la crise du BTP. « Notre force est d'assurer nous-mêmes le pliage et l'ajustage des treillis, poursuit Patrick Lentz ».

La diversification opérée en 1972 vers le plastique pour l'emballage (citernes, bidons, mallettes) ou l'habitat (réservoirs, produits d'assainissement) a également été couronnée de succès. Cette division représente aujourd'hui 50 % de l'activité globale et connaît la plus forte progression. Elle s'appuie sur la technique de l'extrusion-soufflage du polyéthylène haute densité. Après la Grande-Bretagne en 1986, une seconde filiale a été ouverte en juillet dernier en Espagne. Et Sotralentz ne cache pas sa volonté de produire prochainement du plastique en Europe de l'Est grâce à une opération de croissance externe.

LES CHIFFRES CLES

Chiffre d'affaires 1996 : 986 millions (56 % à l'export), contre 967 millions en 1995.

Effectifs : 1 200 salariés.

PHOTO : Près de 60% du chiffre d'affaires de Sotralentz est réalisé à l'export. Ici, la construction du tunnelier pour le métro de Hambourg.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil