Accord en vue pour la reconstruction du World Trade Center

Defawe Philippe |  le 26/04/2006  |  InternationalRéalisationsRénovationArchitectureTravaux publics

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

International
Immobilier
Réalisations
Rénovation
Architecture
Travaux publics
Valider

Un accord était sur le point d'être trouvé mardi sur la question de "qui construira quoi" sur le site du World Trade Center de New York, ce qui pourrait enfin permettre le démarrage du chantier retardé depuis des mois.

Le détenteur du bail du site, le promoteur immobilier Larry Silverstein, a annoncé qu'il acceptait de partager les coûts et responsabilités de la reconstruction, tout en imposant certaines conditions avant le coup d'envoi du chantier.
Selon cet accord, M. Silverstein accepte que les pouvoirs publics prennent en charge la construction de deux gratte-ciel sur les cinq prévus, dont la fameuse "Tour de la liberté".
"Je suis arrivé à la conclusion que la chose la plus importante à ce stade est de résoudre l'affaire, afin que les reproches puissent cesser et la reconstruction commencer", écrit-il dans une lettre à l'Autorité portuaire de New York et du New Jersey, propriétaire public du terrain du WTC, avec qui il est en désaccord depuis des mois.
"Nous conclurons l'accord que vous proposez, avec des clarifications," ajoute la lettre.

M. Silverstein avait signé avec l'Autorité portuaire un bail de location du WTC de 99 ans, juste avant l'effondrement des tours le 11 septembre 2001. C'est lui qui, depuis les attentats, en tant que bénéficiaire des assurances, a la charge de reconstruire les lieux, mais les pouvoirs publics craignent qu'il ne puisse à terme assurer ses engagements.
En échange de la reprise par les autorités publiques de la reconstruction de deux buildings, Silverstein a accepté mardi de payer 1,75 md de dollars supplémentaires de location à l'Autorité portuaire et de lui donner 250 millions sur les assurances reçues.
Parmi ses conditions, Silverstein demande à ne pas avoir à payer de pénalités s'il devait y avoir un retard dans la construction.
"C'est un accord juste," a-t-il estimé dans un communiqué. "Nous espérons que l'Autorité portuaire entrera dans cette phase finale du processus avec le même esprit de partenariat et de coopération. New York a assez attendu".

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil