En direct

A Versailles, le jardin des Etangs Gobert crée du lien
Les 56 pièces du banc remarquable du jardin des Etangs Gobert, à Versailles, ont été préfabriquées en Belgique. - © © Marie-Douce Albert/Le Moniteur

A Versailles, le jardin des Etangs Gobert crée du lien

M-D.A |  le 24/09/2014  |  Michel Desvigne TransportsPatrimoineYvelinesArchitecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Michel Desvigne
Aménagement
Transports
Patrimoine
Yvelines
Architecture
Valider

Le réaménagement du site des anciens réservoirs d’eau s’achève avec la création d’une percée entre la ville et le quartier de la gare des chantiers. Alors que cette nouvelle voie a été inaugurée à l’occasion des Journées du patrimoine 2014, le public s’est déjà approprié le jardin créé dans l’historique bassin carré.

Depuis longtemps, Versailles buttait sur les étangs Gobert. L’avenue de Sceaux venait s’arrêter au pied de ce relief dans lequel avaient été creusés deux réservoirs de stockage, un long et un carré, destinés à alimenter les fontaines du château. Mais le site, à l’abandon et fermé, ne laissait pas la possibilité d’accéder à la gare SNCF des Chantiers, située de l’autre côté. La voie est désormais libre. La transformation de l’ancien bassin carré en un jardin a permis d’ouvrir le site au public. Surtout, le projet d’aménagement s’achève aujourd’hui par la création d’une percée à travers la butte. Cette voie nouvelle, réservée aux bus, aux cyclistes et aux piétons, permettra un accès direct au futur pôle de transports multimodal, projet dont l’architecte Jean-Marie Duthilleul et le paysagiste Michel Desvigne assurent la maîtrise d’œuvre.

Le député-maire de Versailles, François de Mazières, ne manque pas de rappeller qu'un précédent projet de réaménagement du périmètre de la gare « prévoyait qu'on démolisse le site des étangs Gobert. C'était une aberration tant ce lieu forme un poumon vert aux abords du quartier, lui fait de bric et de broc, des Chantiers. » La Ville a donc repris la main sur le site et là encore, Michel Desvigne a joué un rôle dans sa transformation en jardin public, en tant que conseil auprès des services municipaux, en charge de la maîtrise d'œuvre.

Un vide sculpté

Le temps s’était déjà occupé de métamorphoser en espaces de verdure les deux réservoirs. Les bouleaux, les charmes et les saules avaient spontanément poussé dans ces enclos de meulière, désormais à sec. La végétation continue d'ailleurs d’occuper le réservoir long, qui appartient au domaine du château de Versailles et dont l’avenir n’est pas encore définitivement fixé. Mais dans les 6 500 m² de l’étang principal, « nous avons sculpté un vide au milieu du boisement », explique Michel Desvigne.

Cette intervention légère a permis de former des bosquets périphériques mais aussi d'installer une clairière dans la clairière. L’architecte et plasticienne Inessa Hansch a en effet conçu un banc en béton architectonique blanc qui sinue pour ceindre le cœur de l’espace. Cette boucle de 90 mètres de longueur, déjà accessible depuis un an, donne une ambiance de salon au jardin. « D’ailleurs, en permettant à tout le monde de s’asseoir sur un même banc et de se faire face, ce mobilier incite à établir le contact », remarque Inessa Hansch.

Avec ses différents niveaux de cheminements, ce nouveau jardin ouvre, lui aussi, un passage vers la gare Versailles-Chantiers, un accès qui a récemment été récompensé par un Trophée de la mobilité de la région Ile-de-France.

Commentaires

A Versailles, le jardin des Etangs Gobert crée du lien

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil