A la Une

Contenus proposés par SERVICE D'INFRASTRUCTURE DE LA DÉFENSE

A Toulon, les ingénieurs et techniciens de l’ESID bâtissent déjà le port militaire de demain Publi-rédactionnel

A Toulon, les ingénieurs et techniciens de l’ESID bâtissent déjà le port militaire de demain

le 26/01/2022 |  SID recrute - Projets d'exception

Premier port militaire français, le port de Toulon est aujourd’hui en pleine mutation. L’ingénieur général Antoine Manicacci, directeur de l’établissement du service d'infrastructure de la défense (ESID) de Toulon, fait le point sur les travaux emblématiques et les besoins en recrutement.

Nichée au cœur de l’une des plus belles rades de Méditerranée, la base navale de Toulon abrite près de deux tiers de la flotte française. La base de défense de Toulon comprend également deux régiments de l’armée de terre, une base aéronavale, un hôpital militaire, des centres d’études et d’essais de la DGA et emploie au quotidien près de 30 000 personnes.

Ingénieur de formation et militaire avec rang d’officier général, Antoine Manicacci est directeur de l’établissement du service d'infrastructure de la défense (ESID) de Toulon. L’établissement, avec un effectif de plus de 600 personnes, gère les infrastructures de cette immense base qui englobe le 1er port militaire français, devant Brest et Cherbourg. « Nous avons en charge la construction, la restructuration, la gestion et l'entretien de l'immobilier de la base dont un nombre important d’ouvrages portuaires et maritimes », explique-t-il.

Les projets sont titanesques. Dans le cadre de la Loi de Programmation Militaire 2019-2025 (LPM) qui fixe les orientations relatives à la politique de défense, l’ESID rénove les installations existantes et construit de nouveaux équipements pour accompagner la modernisation des forces et des navires de la Marine Nationale. « Ces projets tournent autour de deux axes majeurs : d’une part, le renouvellement des équipements, l’adaptation des infrastructures aux nouveaux bateaux et aéronefs et, d’autre part, l’amélioration des conditions de vie et de travail des agents avec par exemple la rénovation et la construction de bâtiments d’hébergement et de restaurants », précise l’ingénieur général.

Des infrastructures de haute sécurité nucléaire pour accueillir les sous-marins Barracuda

Parmi les projets les plus emblématiques figurent l’accueil et le soutien des fameux sous-marins nucléaires d'attaque (SNA) de nouvelle génération, de type Barracuda. « C’est le plus gros projet d'infrastructure actuellement mené par le ministère des Armées, poursuit l’ingénieur général Manicacci. Ce chantier complexe doit durer jusqu’en 2028. Les exigences de qualité de conception et réalisation sont de niveau nucléaire ».

Parallèlement, l’ESID de Toulon rénove ou réaménage les appontements existants pour le stationnement des nouveaux bâtiments de surface de la Marine Nationale comme les futurs ravitailleurs. « L’un des chantiers actuels concerne l’extension d’un quai à 450 m de long et 30 m de large. C’est aussi un chantier exceptionnel », commente le directeur.

L’ESID de Toulon participe également aux études préliminaires pour l’accueil du porte-avions de nouvelle génération qui succèdera au Charles-de-Gaulle. « Ce projet d’envergure est très enthousiasmant notamment parce qu’il s’inscrit dans la durée. Lorsque les études auront été approuvées, un plan de charge, avec des investissements bien plus conséquents que ceux actuellement mis en place pour l’infrastructure SNA, sera assuré pour le Service sur près de quinze ans. C’est extrêmement motivant pour un ingénieur militaire d’initier un programme de cette ampleur et d’avoir une vision à moyen terme lorsque la majorité de la programmation des infrastructures du ministère s’échelonne sur 5 à 6 ans », estime l’ingénieur général.

Un des autres atouts des fonctions au sein de l’ESID est la variété du périmètre d’intervention. L’ESID est en effet amené à concevoir des infrastructures pour des data centers, des simulateurs, des installations de tirs d'entraînement ainsi que des bâtiments d’hébergement, des restaurants ou des bureaux. Outre les enjeux techniques, l’ESID intègre en permanence la dimension militaire. Les chantiers doivent ainsi être livrés en temps et en heure, tout en maintenant la disponibilité opérationnelle et la sécurité des sites.

Tous ces projets entraînent de forts besoins en recrutement : fonctionnaires ou contractuels, civils ou militaires, juniors ou expérimentés. Le SID recrute des experts dans de nombreux domaines : nucléaire, génie civil, performance énergétique, numérique, génie mécanique et électrique… L’ampleur et l’intérêt des projets séduisent. Certains, après quelques années comme contractuels, passent les concours pour devenir militaires ou civils de la défense. La diversité des compétences et la variété des origines de son personnel font la force du SID. « J’aime donner du sens à mon travail au quotidien, voir la concrétisation de projets d’infrastructure passionnants tant par leur technicité que par leur complexité ou tout simplement, voir la satisfaction des utilisateurs de nos actions permanentes de maintien en condition des installations existantes. C’est également le sentiment de la plupart des ingénieurs et techniciens qui nous rejoignent » conclue l’ingénieur général Manicacci.

Vous recherchez les meilleurs talents de la construction ? Faîtes-le savoir, faîtes-vous connaître

Découvrez Construction et Talents, le dispositif Marque Employeur hébergé au cœur des audiences du Moniteur, et diffusez vos initiatives RH, environnementales, R&D, vos projets de recrutement … Les meilleurs talents sont connectés sur LeMoniteur.fr !