En direct

Jurisprudence

A Strasbourg, l'extension du tram se heurte au pont de la discorde

le 17/08/2004  |  Bas-RhinMeurthe-et-MoselleDoubsJuraMeuse

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Bas-Rhin
Meurthe-et-Moselle
Doubs
Jura
Meuse
Côte d'Or
Saône-et-Loire
Moselle
Nièvre
Haut-Rhin
Vosges
Yonne
Territoire-de-Belfort
Haute-Saône
Aménagement
Transports
Collectivités locales
Travail
Réglementation
Architecture
Valider

La construction de 13,5 km de nouvelles lignes de tramway à Strasbourg a pris ce mois-ci une tournure irréelle : du fait d'une décision de justice, la municipalité a dû surseoir à la destruction d'un pont, mais ne peut pour autant pas le rendre à la circulation.
Le "pont Churchill", un viaduc autoroutier qui relie depuis 1967 les quartiers de l'Esplanade et du Neudorf en enjambant un canal et un axe routier très fréquenté, devait en principe être dynamité le 20 août, dans le cadre du chantier d'extension du tramway. Il doit en effet être remplacé par un autre pont, moins élevé, qui enjambera seulement le canal et accueillera les futures voies du tram d'ici fin 2006.
En vue de sa destruction, le pont a été définitivement fermé à la circulation le 19 juillet. Puis 2 000 trous y ont été creusés, notamment dans les piliers, afin de loger les explosifs. Mais le 6 août, à deux semaines de sa destruction programmée, coup de théâtre: le tribunal administratif de Strasbourg, statuant en référé, a ordonné la suspension des travaux.
Saisi par plusieurs associations opposées à la disparition du pont, le tribunal a estimé que l'enquête publique préalable au lancement des travaux n'avait pas été suffisamment argumentée.
Conséquence: en attendant une décision au fond d'ici octobre, ou une éventuelle décision du conseil d'Etat invalidant l'ordonnance en référé, le viaduc ne peut plus être détruit.
Mais il ne peut pas non plus retrouver sa fonction première : "du fait des forages destinés aux explosifs, le pont est fragilisé. Personne ne peut plus y circuler, pas même les piétons ou les cyclistes", explique l'ingénieur André von der Marck, responsable du projet tram à la Communauté urbaine de Strasbourg (CUS).
Cette péripétie tombe mal pour le maire (UMP) de Strasbourg Fabienne Keller et son premier adjoint Robert Grossmann, qui ont fait du chantier du tram (près de 300 millions d'euros HT, hors matériel roulant) un des dossiers-phares de leur mandat.
Car au-delà du pont, le tribunal a suspendu l'ensemble des travaux dans le quartier strasbourgeois du Neudorf, où le débat très vif concernant le tracé du tram avait permis à la gauche de l'emporter lors des élections cantonales de mars.
Pour l'ancienne maire (PS) et actuelle chef de l'opposition Catherine En attendant, les associations de riverains ne cachent pas leur satisfaction face au chantier à l'arrêt. "C'est une grande victoire pour nous, et vous verrez, le tribunal nous donnera raison sur le fond", prédit Georges Hildwein, du collectif "Sauvons le pont Churchill". Un collectif prêt à tout pour sauver le viaduc: il a même tenté de le faire classer monument historique.
Arnaud BOUVIER

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Date de parution : 06/2019

Voir

Droit de l’Aménagement, de l’Urbanisme, de l’Habitat – 2019

Droit de l’Aménagement, de l’Urbanisme, de l’Habitat – 2019

Date de parution : 06/2019

Voir

Mener une opération d'aménagement

Mener une opération d'aménagement

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur