Réalisations

A Saintes, l’Abbaye aux Dames innove avec le Carrousel musical

Mots clés : Acier - Architecture - Conservation du patrimoine - Enfance et famille - Escalier - Innovations - Manifestations culturelles - Produits et matériaux

L’Abbaye aux Dames, La Cité musicale, à Saintes (Charente-Maritime), veut affirmer le lien entre le patrimoine historique de son site et celui, immatériel de la musique, attachée à son histoire depuis longtemps. Dans le cadre de son projet Musicaventure, la direction a commandé à l’entreprise nantaise Métalobil, spécialisée sur les équipements spéciaux en métal ou acier (escaliers jeux pour enfants, façades de bâtiments, mobiliers, etc.), un carrousel musical qui sera ouvert au public le 7 avril prochain. Cette structure qui mêle architecture, design et innovation est une invitation à la production musicale.

«Nous cherchons à apporter une réponse poétique à une problématique», explique Freddy Bernard, directeur de Métamobil, à l’occasion d’une des rares visites de ses ateliers. La problématique de l’Abbaye aux dames était de faire ressentir au public l’effervescence musicale du lieu, en dehors de ses grandes manifestations. «Le carrousel est une première mondiale, précise Frédéric Saint-Pol, directeur adjoint de l’Abbaye aux Dames, c’est un outil innovant de sensibilisation à la musique». Les 24  participants s’y installent comme dans un manège et peuvent, le temps d’un tour, faire jouer 12 instruments simultanément. Et harmonieusement, grâce à des logiciels qui prédéfinissent les notes et gèrent la composition.

 

10 mètres de haut et 15 000 mètres de rotin 

 

Au-delà de son innovation musicale et numérique, le carrousel est un élément architectural contemporain qui va prendre place au cœur d’un édifice fondé en 1047 et sur un site classé. Inspiré de l’imaginaire forain, il est composé d’un dôme en aluminium chromé qui culmine à 10 mètres de haut et affiche un diamètre de 11 mètres et dont la forme évoque – et dialogue – avec le clocher de l’abbatiale. L’intérieur est également recouvert de panneaux d’aluminium. Le dôme est à mi-chemin entre l’origami et le kaléidoscope. Il repose sur une structure en acier et abrite un basilic (ici appelé Basilik), animal légendaire, mélange de coq, serpent et dragon qui pétrifie celui qui le regarde dans les yeux. Il est recouvert de malacca (rotin) et sur son dos seront intégrés les instruments (harpe, percussions, flûte, claviers, accordéon, archet, cordes, etc.). «Le rotin est un matériau à la fois souple, durable et fin», précise François Chesnot, concepteur et architecte chez Métalobil qui l’affectionne pour ses réalisations. L’animal d’une longueur de près de 15 mètres, replié sur lui-même, est recouvert de 15 000 mètres de rotin, sous forme de brins assemblés. Sa structure est faite de métal et de bois. Une fois équipé des instruments et programmé par la société Blue Yeti, chargée de l’expérience musicale et interactive, il tournera sur lui-même, comme un manège. Mobile, la structure pourra être présentée sur différents sites après 18 mois de présence à Saintes.

Le carrousel, dont le coût total (conception, agencement et équipements média et audiovisuels) s’élève à 650 000 euros, sera assemblé sur place, à Saintes, entre le 26 mars et le 6 avril: la structure du basilic sera découpée en 14 morceaux dans les ateliers nantais pour être réassemblée à l’Abbaye aux Dames et le dôme sera monté, caissette par caissette, sur lesquelles est fixée la vêture en aluminium.

 

Focus

«Le Vaisseau spatial» de Suzanne Treister en construction

Dans les ateliers de Métalobil, à deux pas du basilic en rotin est assemblée la soucoupe imaginée par l’artiste Suzanne Treister et réalisée par Métalobil, dans le cadre de la commande Garonne de Bordeaux Métropole. Elle devrait définitivement «atterrir» en mai-juin dans les bassins à flot de Bordeaux. Elle est constituée d’une structure en acier et atteindra 1O mètres de haut pour 16 mètres de diamètre. Le chantier va prochainement démarrer à Bordeaux sur le site de l’entreprise de Balineau, spécialisée dans la construction fluviale (actuellement en charge de l’opération de confortement du pont de pierre), où la structure sera assemblée, avant d’être installée par grue dans le bassin n°1.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X