En direct

A Saint-Denis, la métropole crée sa première ZAC
De par sa situation, le site de la Plaine Saulnier joue un rôle de pivot entre La Plaine-Saint-Denis, le centre-ville et le quartier Pleyel. - © LA MÉTROPOLE DU GRAND PARIS

A Saint-Denis, la métropole crée sa première ZAC

NATHALIE MOUTARDE |  le 14/09/2018  |  ParisSeine-Saint-DenisZAC

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Grand Paris
Paris
Seine-Saint-Denis
ZAC
Valider

Grand Paris -

Portée sur les fonts baptismaux en janvier 2016, la métropole du Grand Paris (MGP) s'affirme peu à peu comme un nouvel acteur de l'aménagement francilien. Après le lancement de l'appel à projets « Inventons la métropole du Grand Paris », l'établissement public de coopération intercommunale (EPCI) présidé par Patrick Ollier engage la procédure de création de sa première ZAC, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), face au Stade de France.

« C'est un projet d'aménagement emblématique car la métropole va y construire le centre aquatique olympique (CAO), souligne Paul Mourier, directeur général des services de la MGP. Comme le prévoit la loi sur la nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe), la métropole assure la maîtrise d'ouvrage des équipements de dimension nationale, voire internationale, et les zones d'implantation de ces installations deviennent de fait d'intérêt métropolitain. » L'opération d'aménagement a été présentée dans ses grandes lignes, le 5 septembre, lors d'une réunion publique. Elle prendra place sur les terrains de la Plaine Saulnier, un site de 12 ha propriété de la Ville de Paris, mis à disposition d'Engie dans le cadre d'un bail emphytéotique courant jusqu'en 2051. L'entreprise y a installé un centre de recherche qui emploie environ 500 salariés.

Mixité fonctionnelle. « Ce secteur est stratégique car il joue un rôle de pivot entre La Plaine Saint-Denis, le centre-ville, plus au nord, et le quartier Pleyel qui accueillera la plus grande gare du Grand Paris Express. Avec ce projet, nous voulons poursuivre la dynamique de transformation urbaine enclenchée il y a vingt ans avec le Stade de France », a déclaré Laurent Russier, le maire (PC) de Saint-Denis. « Nous avons beaucoup dialogué avec les élus de Saint-Denis et de Plaine Commune. Nous avons eu des désaccords mais nous sommes parvenus à trouver des solutions », a indiqué pour sa part Patrick Ollier.

C'est un véritable morceau de ville qui va voir le jour sur la Plaine Saulnier. La mixité fonctionnelle n'allait pourtant pas de soi, la ZAC étant localisée à proximité de deux autoroutes : l'A1 et l'A86. A ce jour, le programme envisagé développe 240 000 m2 SP, répartis entre 500 logements, quelque 120 000 m2 de bureaux et activités, des commerces, un groupe scolaire et un pôle à vocation sportive et de loisirs constitué autour du centre nautique. Le plan-masse élaboré par François Leclercq (avec Base, Franck Boutté Consultants et Ma-Geo) positionne les immeubles tertiaires en bordure des axes routiers. Ils serviront d'écran acoustique aux logements implantés autour d'un parc central d'un hectare. Deux grands mails structureront le quartier : l'un nord-sud ; l'autre est-ouest, dans le prolongement de la passerelle de franchissement de l'A1 qui reliera le Stade de France à l'équipement nautique, elle aussi réalisée par la métropole. Le centre aquatique, dans sa configuration post-olympique, occupera 2,6 ha, au sud-est de la parcelle.

En bordure des axes routiers, les immeubles tertiaires serviront d'écrans acoustiques.

Du temps pour la concertation. L'aménagement du quartier ne débutera qu'après les JO, fin 2024-début 2025. « Il reste donc encore beaucoup de temps pour se concerter et faire évoluer le projet », a souligné le président de la MGP. D'ici là, la priorité est donnée à la construction du CAO. Et il n'y a pas de temps à perdre. Première étape : la maîtrise du foncier. A cet effet, la métropole (avec la structure Une Fabrique de la Ville comme AMO) mène deux négociations : l'une avec Engie sur les conditions financières de l'interruption prématurée du bail et la date de libération du site, qui, selon Patrick Ollier, devrait intervenir fin 2019 ; l'autre, avec la mairie de Paris, pour l'acquisition des terrains.

« La ZAC devrait être créée en 2019. Nous choisirons l'aménageur en concertation avec la Ville de Saint-Denis et Plaine Commune. Après le départ d'Engie, nous lancerons les travaux de démolition, de dépollution et de désamiantage d'un certain nombre de bâtiments, ainsi que la viabilisation du site », annonce Paul Mourier. Le temps des JO, l'ensemble des équipements nautiques - centre aquatique et bassins provisoires installés par le Comité d'organisation des Jeux olympiques - devrait se déployer sur la quasi-totalité du site.

Prochaine concertation sur le CAO

Cet automne, la métropole engagera aussi la concertation relative au centre aquatique olympique (CAO), sous l'égide d'un garant, Jean-Louis Laure. Par ailleurs, en octobre, dans la foulée du conseil métropolitain qui délibérera sur ce sujet, la MGP lancera l'avis de concession pour la construction et l'exploitation de cet équipement et la réalisation de la passerelle. Le CAO comprendra deux piscines en dur - de 50 m et de 25 m -, complétées, pour les JO, par trois bassins provisoires sous maîtrise d'ouvrage du Comité d'organisation des Jeux olympiques. Ces derniers seront ensuite démontés pour une réinstallation ailleurs en Seine-Saint-Denis.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

DICOBAT 10 E EDITION

DICOBAT 10 E EDITION

Date de parution : 03/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur