Logement

A Paris, les copropriétés, véritables enjeux de la rénovation énergétique

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Efficacité énergétique - Gestion immobilière - Marché de l'énergie

Plus de 340 bâtiments en copropriété représentant 11.000 logements parisiens se sont lancés en 2016 dans le dispositif « Eco-Rénovons » de la Ville de Paris afin de faire baisser la facture énergétique. Une opération renouvelée en 2017,

La résidence du 5 rue Rebeval-Atlas 1 est l’une des premières copropriétés à avoir bénéficié d’un programme de rénovation énergétique, dans le cadre de divers programmes d’aides mis en place par les pouvoirs publics, Etat et ville de Paris.

La résidence, construite dans les années 70, comprend 169 logements répartis dans trois immeubles dont une tour de 18 étages et un bâtiment horizontal (dont la moitié appartient à la SNI). Très lumineux et bénéficiant d’une grande fonctionnalité, les appartements soufraient cependant d’un manque flagrant d’isolation.

Ainsi, en 2010, le Conseil syndical de la copropriété s’est penché sur la question de la rénovation énergétique du groupe. En 2013, l’audit général était acté, puis ce fut le tour l’élaboration du cahier des charges pour les entreprises qui seraient retenues. C’est à cette date, alors que le dossier était très avancé et pris en mains par les copropriétaires, leur conseil syndical et le syndic de copropriété, que ce programme a intégré le dispositif mis en place par la ville de Paris, l’OPATB, Opération Programmée d’Amélioration Thermique du Bâtiment.

 

L’OPATB 19, pionnier dans la ville

 

En 2007 en effet, la ville a lancé un Plan climat visant une baisse de 25 % des consommations énergétiques des immeubles d’ici à 2020. Dans ce cadre, plusieurs OPATB d’arrondissements ont été mises en œuvre, ciblant les copropriétés privées, majoritaires à Paris, en les incitant à la rénovation grâce à des subventions ciblées : les subventions générales, allouées au projet lui-même, et les aides à titre individuel, venant compléter celles octroyées par l’Anah comme la prime Habiter Mieux. A ces subventions, viennent aussi s’ajouter les dispositifs d’aides Copro Durable de l’Ademe Région Ile-de-France et le programme Anah Accessibilité. Soit jusqu’à plus de 30 % du montant des travaux, auxquels peut s’ajouter un Eco-PTZ à Taux Zéro collectif.

 

Un programme visant le BBC rénovation

 

La copropriété du 5 rue Rebeval-Atlas 1, bénéfice d’un programme complet de rénovation visant la certification BBC rénovation et un gain énergétique de 41 %. Mis en œuvre par l’entreprise Réanova, il comprend l’isolation thermique des façades, des toitures et des planchers bas, l’amélioration de la ventilation, le remplacement des huisseries et fenêtres communes et privatives, et enfin, la régulation du système de chauffage, avec mise en place d’une régulation dynamique afin d’anticiper l’inertie des bâtiments. Soit un programme de 18 mois et presque 4 M€, dont 1,3 M€ d’aides diverses et 400 K€ dans le cadre d’un Eco PTZ à Taux Zéro collectif.

Depuis, poursuivant sur sa lancée, l’OPATB 19 s’est élargie à d’autres sites, et surtout à abouti à Eco-Rénovons Paris, dont l’objectif est la rénovation de 1000 immeubles.

Le premier appel à projets 2016 a validé 342 immeubles (dont 120 dans le 19ème), soit 11 000 logements. Les syndics et syndicats de copropriétaires seront donc accompagnés par un service dédié * de la ville, pour le montage des différents dossiers de demandes de subventions. Quant au 2ème appel à projets Eco-Rénovons Paris, les copropriétés éligibles, seront dévoilées courant février.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Et l'architecture

    Très bien dit d’Emmmanuel Mourier sur la prise en compte de l’architecture qui est indispensable pour la valorisation du patrimoine Bâti et son environnement et qui au final s’inscrit dans une dimension sociale qu’il convient de na pas négliger Daniel LAPALUS Chargé d’opération de construction
    Signaler un abus
  • - Le

    Et l'architecture ?

    Bonjour, merci pour cet article instructif. Mais vous ne mentionnez pas l’architecte maître d’oeuvre de cette rénovation. Il est absolument indispensable que ces programmes de rénovation – comprenant « l’isolation thermique des façades, des toitures et des planchers bas, l’amélioration de la ventilation, le remplacement des huisseries et fenêtres communes et privatives, et enfin, la régulation du système de chauffage, avec mise en place d’une régulation dynamique afin d’anticiper l’inertie des bâtiments » – soient conçus et dirigés par des architectes, dans un projet global et cohérent, intégrant les questions architecturales, urbaines souvent, de reconfiguration des parties communes souvent, d’usage, de matériaux, de façades … Sinon, ces travaux, très conséquents, risquent de rater une bonne partie de leurs objectifs et de déprécier la qualité des immeubles concernés. Emmanuel Mourier Architecte
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X