Chantiers

A Paris, la gare d’Austerlitz est bien dans l’Altempo

Mots clés : Établissements industriels, agricoles, ICPE - Gares, aéroports - PME

La PME alsacienne de constructions modulaires Altempo implante les installations provisoires liées au chantier de rénovation de la gare parisienne, comme elle le fait depuis plusieurs années dans les lieux de passage et de prestige.

Altempo «habille» la rénovation de la gare d’Austerlitz. La PME alsacienne spécialiste des constructions modulaires boucle l’implantation des installations provisoires qui accompagnent ce chantier programmé jusqu’en 2020. Et surtout, qui permettront de continuer à faire fonctionner ce lieu névralgique… grèves ou pas. Comme il l’a entreprise à de nombreux endroits principalement à Paris et en Ile-de-France (Philharmonie, musée du Louvre, école Boulle, Forum des Halles, château de Versailles, palais d’Antin, etc.), l’entreprise assure un emballage respectueux de l’esprit de lieux de passage souvent prestigieux, afin de garder leur vue la plus agréable possible pendant que les marteaux-piqueurs s’actionnent. D’un montant d’environ 3 millions d’euros, le marché de la gare d’Austerlitz contribue à faire grimper le carnet de commandes de la PME à 35 millions d’euros, soit plus d’un an de chiffre d’affaires: celui-ci devrait atteindre 23 millions d’euros à l’issue de l’exercice en cours fin septembre, après 19 millions d’euros en 2016-2017.

 

Gestion numérique des chantiers

 

Altempo, qui emploie 55 salariés et est basée à Bennwihr près de Colmar (Haut-Rhin), compte aussi à son palmarès récent la rénovation du centre commercial Lyon-La Part Dieu d’Unibail-Rodamco, pour une autre de ses offres: depuis fin avril, elle y applique sa plate-forme numérique pour la gestion des flux, des accès et des données de chantier. Dénommé «Altgéni», l’outil crée un planning des livraisons de matériels et matériaux pour éviter les bouchons en entrée et sortie de chantier, il planifie les autorisations d’accès et la délivrance des badges, pilote une détection des présences anormales dès les abords de la clôture de chantier et de la base vie avec interpellation de vive voix à distance, compile et traite les informations telles que nombre d’heures d’insertion, quantité de déchets, etc. «La plate-forme numérique est particulièrement bien adaptée aux chantiers urbains en site occupé à l’espace contraint», argumente le président d’Altempo Thierry Munier. Elle a connu sa première application d’envergure pour la rénovation, toujours en cours, de l’ambassade d’Allemagne à Paris.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Les articles les plus lus
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X