En direct

A Paris, la cathédrale russe brandit ses cinq coupoles d’or
A midi le 24 août 2016, la dernière des cinq coupoles de la future Cathédrale russe de Paris avait été posée. - © © Cyrille Castel/Bouygues Bâtiment Ile-de-France

A Paris, la cathédrale russe brandit ses cinq coupoles d’or

Service architecture et urbanisme |  le 24/08/2016  |  ArchitectureTechniqueBâtimentParisCulte

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Architecture
Réalisations
Technique
Bâtiment
Paris
Culte
Valider

Entre le 23 et le 24 août, les quatre derniers bulbes dorés ont été installés sur le toit de l’édifice cultuel orthodoxe qui sera inauguré en octobre sur le quai Branly, dans le VIIe arrondissement. Elles y ont rejoint le grand dôme central posé dès le mois de mars.

Le grand dôme de la cathédrale du futur Centre orthodoxe russe de Paris n’est plus solitaire. Ce bulbe monumental qui avait été posé en mars dernier a été rejoint par quatre autres coupoles plus petites, qui ont été levées au sommet de l’édifice du quai Branly (VIIe arrondissement), entre le 23 et le 24 août derniers. Pesant 1,8 tonne chacune, elles encadrent désormais la pièce maîtresse de 8 tonnes.

Ces cinq bulbes, qui donnent au bâtiment cette allure typique des églises orthodoxes, n’en demeurent pas moins légers. Les coupoles ont en effet été réalisées en matériau composite par la société Multiplast. Puis elles ont été recouvertes de feuilles non pas uniquement d’or, mais d’un alliage d’or et de titane qui leur assure l’aspect mat que l’architecte du projet, Jean-Michel Wilmotte, recherchait. Il a notamment choisi cette teinte pour l’accord qu’elle crée avec la couleur de la pierre de Massangis, venue de Bourgogne et mise en œuvre sur les façades de la cathédrale et des autres bâtiments du projet. Outre l’édifice religieux, le Centre orthodoxe russe, dont le chantier est mené par Bouygues Bâtiment Ile-de-France,  disposera en effet d’espaces culturels et d’enseignement. L’ensemble devrait être inauguré vers la mi-octobre.

L’éclat mat souhaité par l’architecte Jean-Michel Wilmotte a été obtenu par l’application d’un alliage d’or et de titane. Les bubles ont été recouverts de feuilles par la société Gohard.
L’éclat mat souhaité par l’architecte Jean-Michel Wilmotte a été obtenu par l’application d’un alliage d’or et de titane. Les bubles ont été recouverts de feuilles par la société Gohard. - © © W&A

Commentaires

A Paris, la cathédrale russe brandit ses cinq coupoles d’or

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Nouvelles architectures en métal

Nouvelles architectures en métal

Date de parution : 11/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur