En direct

A Paris, l’accueil des réfugiés version Shigeru Ban
Dans le gymnase Marie-Paradis à Paris (Xe), le 23 mars 2022, l’ONG «Voluntary Architects' Network» (VAN) et des étudiants de l’ENSA Versailles assemblaient des structures éphémères afin d’y accueillir pour quelques nuits des réfugiés ukrainiens. - © VAN et Shigeru Ban Architects

A Paris, l’accueil des réfugiés version Shigeru Ban

CHESSA Milena |  le 24/03/2022  |  Guerre en UkraineParis

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réalisations
Guerre en Ukraine
Paris
Valider

L’architecte lauréat du Pritzker 2014 a déployé dans deux gymnases parisiens son système léger de tubes en carton et tissus pour y héberger d’urgence les Ukrainiens qui ont fui la guerre.

Afin d’héberger des réfugiés ukrainiens pour une ou plusieurs nuits, la Ville de Paris vient de mettre à disposition les gymnases Marie-Paradis et Victor-Young-Perez, situés respectivement dans les Xe et XIIe arrondissements. Des structures légères ont commencé à y être installées le 23 mars au matin par des membres de «Voluntary Architects' Network», une organisation non gouvernementale créée par l’architecte Shigeru Ban en 1995, après le tremblement de terre à Kobe (Japon).

Une douzaine d’étudiants de l’école nationale supérieure d’architecture de Versailles sont venus leur prêter main forte. Mais «une cinquantaine» d’entre eux étaient volontaires, estiment-ils. Inscrits en 3e ou dernière année, ils voulaient «donner de leur temps» et «se rendre utiles pour les Ukrainiens par le biais de l’architecture». Quelques jours auparavant, d’autres apprentis architectes avaient fait comme eux - avec l’appui médiatique de Shigeru Ban - dans un ancien supermarché de la ville de Chelm, où les réfugiés de guerre transitent actuellement après avoir franchi la frontière polonaise.

Mis au point par l’architecte Shigeru Ban, le «Paper Partition System» se compose de tubes en carton emboîtés qui forment une structure poteaux-poutres. Des tissus compartimentent l’espace en unité d’environ 2x2m où deux lits peuvent prendre place.
Mis au point par l’architecte Shigeru Ban, le «Paper Partition System» se compose de tubes en carton emboîtés qui forment une structure poteaux-poutres. Des tissus compartimentent l’espace en unité d’environ 2x2m où deux lits peuvent prendre place. - © VAN et Shigeru Ban Architects

Espace de repos

Le dispositif architectural, inventé par Shigeru Ban et appelé «Paper Partition System» (système de cloison en papier), est simple à mettre en place. Il se compose de tubes en carton qui, une fois troués et assemblés, forment une structure poteaux-poutres. Celle-ci est ensuite habillée de tissus de manière à délimiter des unités d’hébergement d’urgence individuelles ou familiales. Les matériaux fournis font généralement l’objet de dons de la part de fabricants.

Avec une scie, du ruban adhésif, une paire de ciseaux et des épingles à nourrice, il est possible de monter en quelques minutes un espace de repos d’environ 2x2m, où deux personnes peuvent s’allonger sur des lits de camp. «Au gymnase Marie-Paradis, nous avons constitué 42 unités en seulement 1h30», indique Marc Ferrand, designer à l’agence chez Shigeru Ban Architects Europe. Il ne restait plus qu’à installer l’enveloppe en tissu d’ameublement.

«Il y a quelques jours quand j’étais en Pologne, j’ai vu des femmes ukrainiennes relâcher la tension et pleurer de fatigue une fois mises à l’abri dans l’installation que nous venions de réaliser pour elles, témoigne Shigeru Ban. Elles y retrouvaient un peu d’intimité. Et l’intimité est un droit humain fondamental

Commentaires

A Paris, l’accueil des réfugiés version Shigeru Ban

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil