En direct

A nouvelle Part-Dieu, nouvelle ville

le 29/11/2013  |  Collectivités localesParisRhône

La complexité de la restructuration du pôle d’échanges multimodal de la Part-Dieu à Lyon, pour conforter sa fonction de hub en hypercentralité, requiert trois maîtrises d’ouvrage : le Grand Lyon pour les espaces publics et les voiries, SNCF Gares & Connexions pour la gare, Réseau ferré de France pour les quais, leurs accès et les voies ferroviaires. Le tout à comprendre dans la mutation urbaine d’un quartier d’affaires à l’échelle européenne, précisée par Architectes Urbanistes Conseil.

Doubler les surfaces d’accueil

« La gare de la Part-Dieu sera un lieu d’échanges et de complémentarité de transports, un lieu de vie et de services, au centre d’un quartier urbain dense et durable », pronostique Gérard Collomb, président du Grand Lyon. Première gare à la fonction de traversée urbaine et première gare de correspondance en France, la gare de la Part-Dieu calibrée en 1983 pour absorber 35 000 usagers par jour en accueille aujourd’hui plus de 120 000. Les prévisions tablent sur plus de 220 000 usagers à l’horizon 2030 avec près de 300 000 montées/descentes quotidiennes d’usagers des transports en commun. Dernier maillon de la ZAC de la Part-Dieu : son manque de visibilité et d’insertion à son environnement urbain. Des défauts aggravés par une multimodalité débridée sur ses deux entrées Ouest et Est. La synthèse de la double ambition ferroviaire et urbaine passe par la création d’une douzième voie en gare, ou voie L, la désaturation du pôle d’échanges pour augmenter sa capacité, le renforcement des intermodalités au bénéfice d’échanges fluidifiés et facilités mais aussi l’intégration dans le projet urbain de la Part-Dieu. La gare devrait doubler ses surfaces d’accueil à 33 000 m 2 avec deux avancées à l’ouest et à l’est et deux galeries déambulatoires, la création d’un accès par l’avenue Pompidou et une meilleure organisation de ses espaces intérieurs. Le tout assorti de nombreuses démolitions de bâtiments en relation avec le projet Two Lyon côté place Béraudier (« Le Moniteur » du 14 juillet 2013, p. 91) de Vinci Immobilier et de l’architecte Dominique Perrault. La construction de la voie L, prévue en partie en estacade, signe la première réponse aux enjeux de fonctionnement du nœud ferroviaire lyonnais : la gestion assouplie des circulations, préalable à des travaux ultérieurs d’élargissement des quais voyageurs. Conçu de façon intégrée, le pôle d’échanges devra rendre un service de qualité sans rupture.
Face à l’ampleur de cette ambition à matérialiser en « site occupé », les travaux seront organisés en deux tranches 2016-2021 et 2020-2028 pour un coût estimé de 700 millions d’euros HT. « Dix fois le prix de l’opération de la gare Saint-Lazare à Paris », précise Guillaume Pépy, président de la SNCF.

PHOTO - 759596.BR.jpg
PHOTO - 759596.BR.jpg

Commentaires

A nouvelle Part-Dieu, nouvelle ville

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur