En direct

A Nice, deux ministres pour l’Institut méditerranéen du risque de l’environnement et du développement durable
Diffusant de la lumière et protégeant du soleil, les lames translucides qui habillent les façades de l’Imredd à Nice sont verticales au nord-ouest, à la fois horizontales et verticales au sud-ouest et horizontales au sud. - © © Atelier Marc Barani / RSI Studio

A Nice, deux ministres pour l’Institut méditerranéen du risque de l’environnement et du développement durable

Christiane Wanaverbecq (Bureau de Marseille du Moniteur) |  le 02/03/2018  |  SantéFormationTechniqueEnvironnementInnovation

Ce 2 mars, à Nice, le Premier ministre, Edouard Philippe, et la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal, étaient présents pour poser la première pierre de l’Institut méditerranéen du risque de l’environnement et du développement durable (Imredd). En 2019, l’équipement  réunira chercheurs, enseignants, étudiants et salariés d’entreprises pour inventer les applications de la ville durable du futur.

L’Université Nice-Sophia Antipolis a profité de la visite, ce vendredi 2 mars, dans le département des Alpes-Maritimes, du Premier ministre Edouard Philippe et de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation Frédérique Vidal pour organiser la cérémonie de pose de première pierre de l’Institut méditerranéen du risque de l’environnement et du développement durable (Imredd) construit dans la ZAC Nice Meridia, à l’intérieur du périmètre de l’opération d’intérêt national Nice Eco-Vallée. Pour Frédérique Vidal, l’événement a particulièrement du sens. L’ancienne présidente de l’université de Nice-Sophia Antipolis a initié au début des années 2010 le projet avec le président de la métropole Nice-Côte d’Azur Christian Estrosi.

Plate-forme technologique et learning center

Conçu par l’agence d’architecture du niçois Marc Barani, le futur bâtiment d’environ 5 000 m2 va mêler le monde de la recherche, celui de l’enseignement et de l’entreprise pour développer dans une logique de «fertilisation croisée» des applications autour de quatre domaines d’activités: quartier, bâtiment intelligent et énergie, cycle de l’eau, risques et environnement, mobilité intelligente. «On y recueillera des données, on les stockera puis les mettra à disposition pour ceux qui en ont besoin pour développer ces applications», explique-t-on à l’Imredd.

A la rentrée 2019, environ 200 chercheurs et enseignants ainsi que 500 étudiants sont attendus dans le nouveau bâtiment centré sur une plate-forme technologique et un learning center. Pour répondre au cahier des charges d’un bâtiment «exemplaire, précurseur des conceptions et technologies d’avenir répondant aux enjeux énergétiques et environnementaux», la maîtrise d’œuvre a dessiné un bâtiment compact et rectangulaire dont les façades habillées de grandes lames fixes en verre opalescent protègent du soleil et apportent de la transparence. «Ces façades rideaux entièrement vitrées sont là pour laisser voir aux passants l’activité depuis l’extérieur. Cela répond à l’idée générale de la ZAC Nice Méridia. En effet, dans ce qui va devenir une technopôle urbaine, tous les bâtiments d’activité doivent avoir un soubassement en verre», précise Frédéric Di Placido, chargé d’opérations à l’université Nice Côte d’Azur.

Quatre niveaux

Erigé à l’angle du cours de l’Université et de la rue du Canal-d’Amenée, le futur équipement donnera sur un patio central et se développera sur quatre niveaux. Le rez-de-chaussée comprendra le hall, la plate-forme technologique, le learning center, les services administratifs. Au niveau de la mezzanine, on trouvera l’autre partie du learning center et un jardin en lanière.

Le niveau +1 abritera les salles de formation, les espaces de travail des entreprises et le patio central. Enfin, le niveau +2 comptera les laboratoires de recherche et les salles d’enseignement.

L’entrée principale s’effectuera depuis le cours de l’Université. Elle se prolongera dans le hall situé entre le plateau technique et le learning center. «Cette position stratégique permet, dès l’entrée, d’être en communication directe avec les lieux de recherche accessibles au public. L’espace du hall intègre les noyaux de distribution. Il fédère et innerve l’ensemble des niveaux du projet», peut-on lire dans la notice architecturale de l’agence Barani.

Exemplaire

Exemplaire, le futur bâtiment de l’Imredd le sera aussi d’un point de vue environnemental. Il respectera la démarche HQE sans viser la certification. Par ailleurs, sur la base des exigences du «passif», une consommation énergétique de 120 kWhEp/m2.an est attendue. La production photovoltaïque (RT 2012 Cepmax -31% sans PV et Cepmax -162% avec PV) permettra d’atteindre le niveau Bepos tous usages.

Au cœur de ce qui va être un éco-campus, l’Imredd ne restera pas le seul équipement universitaire. L’Institut de physique (InPhyNi), conçu par Aïa Life design et estimé autour de 15 millions d’euros comme l’Imredd, est actuellement à l’étude.

Maîtrise d’ouvrage: Université Nice-Sophia Antipolis.

Maîtrise d’œuvre: Atelier Marc Barani, architecte mandataire, Julien Campagne, chef de projet, Jean Paysant, architecte assistant, Fabien Mauduit, architecte; Mazet & Associes, économiste; Khephren Ingénierie, bureau d’études structure; B52, bureau d’études fluides; Etamine, bureau d’études HQE; ACV, bureau d’études acoustique; ATPI Infra, bureau d’études VRD; Ingérop, bureau d’études; VP&Green Engeneering, bureau d’études façade.

Surface: 4 97O m2 de surface de plancher (SP); 4 1OO m2 de surface utile (SU).

Coût: 14,9O M€ HT (financé par l’Etat, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, la métropole Nice-Côte d’Azur).

Calendrier: concours, juillet 2O15; études, de novembre 2O15 à décembre 2O17; début du chantier, février 2O18.

Entreprises: Demathieu Bard, gros œuvre; Alquier, menuiseries extérieures; Gargini, métallerie et serrurerie; Bareau, menuiseries intérieures et signalétique; Silence Confort, baffles acoustiques et plafonds; Artisan du Sol, sols souples et planchers; Harmonie Peinture, peinture et nettoyage; Sedel, fluides; Ineo, électricité; Valenergies, photovoltaïque; Otis, appareils élévateurs; Coveris, brise-soleil.

Commentaires

A Nice, deux ministres pour l’Institut méditerranéen du risque de l’environnement et du développement durable

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX