En direct

A Nantes, les économies sont sur le toit
Installée au sommet d’un immeuble nantais, la serre Symbiose permettra de préchauffer l’eau sanitaire utilisée par les locataires. - © CLAAS ARCHITECTES - SCE - ECOTROPY

A Nantes, les économies sont sur le toit

Jean-Philippe Defawe |  le 12/10/2018  |  Loire-AtlantiqueLogement socialNumériqueToitureHLM

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Logement
Loire-Atlantique
Logement social
Numérique
Toiture
HLM
Valider

Nantes Métropole Habitat (NMH) n'arrête pas d'innover. Après avoir inauguré fin mars Yhnova, une maison sociale en partie construite par un robot-imprimante 3D, l'OPH a été l'un des cinq lauréats de l'appel à projets « Architecture de la transformation » lancé par la Caisse des dépôts et l'Union sociale pour l'habitat (USH).

Avec Symbiose, NMH cherche cette fois à optimiser les toitures de son parc. Conçu avec Claas Architectes, SCE, Ecotropy et le Cerema, ce projet consiste à installer une serre sur un immeuble de 24 logements construit en 1973. Cette serre, dont les usages seront définis avec les locataires, abritera un système permettant de préchauffer l'eau chaude sanitaire. « L'idée est de diminuer les charges locatives et de substituer l'énergie solaire à de l'énergie carbonée », déclare Luc Stéphan, directeur de l'innovation chez NMH.

Du numérique dans la chaudière. Ce double objectif est commun à plusieurs autres innovations, telles les chaudières numériques, qui récupèrent les calories des serveurs informatiques. « L'expérience d'une installation réalisée avec Stimergy, depuis août 2016, montre un retour sur investissement sur onze ans avec une diminution de 50 % des charges d'eau chaude sanitaire, soit environ 80 euros par logement et par an », détaille Luc Stéphan. Une nouvelle chaudière de ce type sera installée dans un immeuble sur l'île de Nantes dans le cadre du projet MySmartLife de Nantes Métropole, lauréat du programme H2020 de la Commission européenne sur les villes intelligentes.

Autre piste développée : l'autoconsommation collective photo voltaïque. Avec l'aide de Pouget Consultants, le bailleur social lance une expérience dans le quartier Malakoff sur des bâtiments de son patrimoine (une barre et deux tours) et de la Ville (une maison de quartier et une école) ayant des pics de consommation différents. Les études sont bouclées, et la consultation va être lancée en novembre, pour un début des travaux en janvier 2019, et une mise en service à partir d'avril prochain.

D'une puissance de 69,3 kWc, les panneaux photovoltaïques seront installés sur les toitures-terrasses avec châssis lestés. « Nous regardons aussi de près les tuiles à énergie solaire, proposées depuis le 1er juin par l'entreprise italienne Dyaqua », lâche Luc Stéphan, toujours à l'affût d'innovations pouvant servir le logement social.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Date de parution : 09/2018

Voir

Traité des baux commerciaux

Traité des baux commerciaux

Date de parution : 12/2017

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur