En direct

A Nantes, le projet YelloPark arrive à un stade décisif
La cession du stade de la Beaujoire et de ses abords devrait être âprement discutée lors du prochain conseil métropolitain. - © V ALERY JONCHERAY

A Nantes, le projet YelloPark arrive à un stade décisif

Jean-Philippe Defawe |  le 19/10/2018  |  ProjetsQuartierLoire-AtlantiqueYelloparkVie du BTP

La maire de Nantes et présidente de la Métropole a jusqu'au 7 décembre pour convaincre les élus métropolitains de voter la cession des 21 hectares de la parcelle, où doit s'implanter le projet.

Ce devait être la délibération phare du conseil métropolitain du 5 octobre dernier. Mais, courant septembre, la collectivité annonçait que le débat portant sur la vente du terrain de la Beaujoire dans le cadre du projet YelloPark était reporté début décembre.

« Ces quelques semaines supplémentaires sur le calendrier initial permettront de finaliser les termes de la décision et de partager avec les acteurs, en toute transparence, les éléments d'informations complémentaires souhaités par la Commission nationale du débat public (CNDP) », indiquait la métropole dans son communiqué.

A priori, rien de dramatique pour un projet d'une telle ampleur. Porté par le promoteur nantais Réalités et le FC Nantes, il prévoit notamment la création d'un quartier avec 1 500 logements et 50 000 m² de bureaux afin de financer un stade neuf de 40 000 places. Reste que, alors même que le projet est de plus en plus controversé, ce report s'inscrit dans un calendrier de plus en plus serré.

Les JO de 2024 en ligne de mire

Initialement, le nouveau stade conçu par les architectes Alex Thomas (HKS) et Tom Sheehan (ATSP) doit remplacer l'enceinte actuelle en 2022, en vue de la Coupe du monde de rugby en 2023 et des Jeux olympiques de 2024.

Pour respecter ces échéances, les promoteurs peuvent compter sur un soutien sans faille de Johanna Rolland, la maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole, même si sa majorité est divisée sur cette question. « Si nous n'avons pas le YelloPark, soyons clairs, nous n'aurons pas les JO », estime l'élue, qui est convaincue que la construction d'un nouveau stade est de toute façon indispensable, « peut-être pas dans six ans, mais dans dix ans ». Se refusant à « mettre de l'argent public dans un stade de football neuf », l'élue défend fermement ce modèle économique porté par des acteurs privés et assure qu'elle « préfère négocier sur ce sujet avec un entrepreneur nantais ».

Projet privé ou commande publique ?

Johanna Rolland a jusqu'au 7 décembre pour convaincre les élus métropolitains de voter la cession des 21 hectares de la parcelle où doit s'implanter le projet. La société YelloPark devra alors verser quelque 30 M€ à la métropole pour acquérir le terrain (estimé par les Domaines à 10,6 M€) et financer les infrastructures publiques (passerelle, parking silo, reprise de voiries) dans le cadre d'un projet urbain partenarial (PUP) à hauteur de 19,4 M€.

Pour autant, si la cession est effective, rien n'est joué tant les risques juridiques sont grands, dans le domaine du droit de l'urbanisme comme dans celui de l'environnement, sans parler de la démolition d'un stade protégé par la propriété intellectuelle.

Rien que pour la cession, l'avocat nantais Frédéric Allaire estime qu'au vu des exigences de la collectivité sur ce projet urbain (nombre de logements passé de 2 000 à 1 500, espaces verts, stationnement… ), le juge pourrait considérer qu'il s'agit en réalité d'une commande publique qui aurait dû faire l'objet d'une mise en concurrence. « Nous sommes sur une ligne de crête difficile à emprunter car c'est un projet privé, mais aussi un projet dont la collectivité ne peut pas se désengager », estime-t-il.

Commentaires

A Nantes, le projet YelloPark arrive à un stade décisif

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur