En direct

A Nantes, l’agence Obras reste arrimée à la rive sud de la Loire
Désignée mandataire de l’équipe de maîtrise œuvre urbaine du secteur Pirmil-les Isles, l’agence Obras travaillait déjà sur l’aménagement de ce site depuis 2011 (visuels tirés de l’étude préalable). - © Obras

A Nantes, l’agence Obras reste arrimée à la rive sud de la Loire

Marie-Douce Albert et Jean-Philippe Defawe |  le 14/08/2018  |  ProjetsAménagementLoire-AtlantiqueCentre scientifique et technique du bâtiment (CSTB)Frédéric Bonnet

Après avoir mené une étude sur le site pendant sept ans, l’architecte et urbaniste Frédéric Bonnet a remporté, mi-juillet, la consultation lancée pour la maîtrise d’œuvre urbaine de la zone Pirmil-les Isles, située sur les communes de Nantes et Rezé. Avec une équipe élargie, et en particulier les paysagistes de D’ici là, Obras est mandatée pour mener un projet qui laissera une large place à la nature.

« C’est une longue histoire ». L’architecte et urbaniste Frédéric Bonnet n’exagère pas : voilà sept ans déjà que l’agence Obras, dont il est l’un des cofondateurs, travaille les perspectives de transformation de la frange sud de la Loire, au cœur de la métropole nantaise. Et, en décembre dernier, l’équipe qu’elle formait avec Artelia a livré les grandes orientations du futur aménagement du secteur Pirmil-les Isles, à cheval sur les communes de Nantes et Rezé. L’histoire, toutefois, ne va pas en rester là puisque Obras a été désignée, à la mi-juillet, lauréate de l’appel d’offres lancé par Nantes Métropole Aménagement pour passer à la phase opérationnelle. Avec une équipe élargie à de multiples compétences et notamment à la conception paysagère, avec l’agence D’Ici là, Frédéric Bonnet est désormais en charge de la maîtrise d’œuvre urbaine et va donc devoir affiner puis diriger le projet de mutation de ce territoire qui s’étire d’est en ouest, bordée par le fleuve au nord et une route départementale à haute fréquentation, au sud.

Un périmètre de 150 hectares

Une ZAC a d’ores et déjà été créée et comprend deux sous-secteurs dont les surfaces à aménager sont respectivement pour Pirmil à l’est, de 12 ha, et pour la Basse-Ile, à l’Ouest, de 28 ha qui comprennent notamment la quinzaine d’hectares autrefois occupés par des abattoirs. « Mais le périmètre de la concession est beaucoup plus large puisqu’il fait 150 ha », note Frédéric Bonnet, Grand Prix de l’urbanisme 2014. Surtout, il est très divers : les villages pleins de charmes de Trentemoult, Norkiouse, de la Haute et de la Basse-Ile côtoient une grosse grappe de supermarchés tristement typique de l’urbanisme commercial hérité des années 1970 ; la friche des abattoirs, aujourd’hui en partie habitée par la cité éphémère Transfert, voisine une zone de petites entreprises ; la rive de Loire, quant à elle, est restée à l’état quasi sauvage.

Redonner accès à la nature

Le projet visera notamment à créer de nouveaux quartiers avec 3 300 nouveaux logements, à redonner de la qualité urbaine à la zone commerciale et à accompagner l’arrivée d’une nouvelle ligne de tramway. Dans son travail d’étude préparatoire, Obras a par ailleurs imaginé, comme une des pierres angulaires du projet, la création d’un grand parc inondable longeant le fleuve et offrant un paysage à une autre opération phare de la métropole, située juste en face : l’Ile de Nantes. Plus généralement, redonner un accès public à l’eau et plus largement à la nature sera un élément fort de l’opération et des entreprises situées en bordure de Loire sont donc destinées à libérer le site. « Techniquement, nous sommes sur un dossier de renaturation, explique Frédéric Bonnet, même s’il faut être conscient qu’on ne reviendra jamais à l’état idéal de la prairie initiale ». Pour Sylvanie Grée, une des paysagistes de D’Ici là, l’enjeu est de créer un parc en deux parties « de l’ordre du sauvage urbain. D’ailleurs nous ne toucherons pas à certaines ambiances de nature déjà existantes. »
Le projet à venir dépendra beaucoup de la nature des sols et notamment de leur degré de pollution. « Nous avons proposé que sur des fonciers déjà disponibles soient mis en place des jardins tests, en particuliers sur les terres affaiblies des anciens abattoirs, explique Sylvanie Grée. Nous voulons vérifier quelles espèces locales peuvent s’y développer. Avec le bureau d’études Biotec, notre objectif est de « laisser parler le sol » et ce, parce que nous ne voulons pas faire venir d’ailleurs des tonnes de terre. Notre équipe est en effet dans une démarche très ambitieuse en matière d’économie circulaire. »

Ressources locales

Cette exigence ne concerne pas que l’aménagement paysager mais tous les aspects du projet, des matériaux de construction jusqu’au fonctionnement des futurs quartiers. Dans l’équipe, le bureau d’études Elioth de Raphaël Ménard sera donc en charge de la recherche sur l’usage de ressources locales. Frédéric Bonnet annonce que, « pour développer l’économie circulaire dans la réalisation des bâtiments, nous allons mettre en place un groupe de travail avec le CSTB. D’ailleurs, la première réunion technique sur le projet, fixée en septembre, sera justement avec le CSTB. »

Programmation à détailler

Si les études préalables avaient permis d’esquisser les projets et ses fondamentaux, le plan d’aménagement va donc évoluer pour tenir compte de toutes les nouvelles données techniques. « Par ailleurs, si le sujet de la programmation a déjà été très fouillé, il nous faut maintenant la détailler, c’est-à-dire quantifier et situer précisément les équipements et les typologies de logements, souligne Frédéric Bonnet. Nous devons aussi ajuster les combinaisons pour établir les mixités d’usage, l’occupation des cours et des jardins ou encore celle que l’on fera des rez-de-chaussée. Je crois ainsi beaucoup à l’installation d’acteurs économiques en ville ». L’équipe de maîtrise d’œuvre livrera son plan-guide à l’automne 2019 et, hormis quelques opérations ponctuelles qui démarreront plus tôt, le chantier devrait débuter en 2020.

L’équipe

Obras, architectes-urbanistes, mandataire ;
Artelia, génie civil, conception et simulations hydrauliques, réglementation, renaturation ;
D’Ici Là, paysage ;
Burgéap et Ginger CEBTP, études des sols ;
Biotec, renaturation ;
Elioth/Raphaël Ménard, économie circulaire ;
RR&A, mobilité.

Commentaires

A Nantes, l’agence Obras reste arrimée à la rive sud de la Loire

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur