En direct

À mi-chemin entre l’urbain et le terrassement

Gilles Rambaud |  le 25/04/2014  |  Réglementation techniqueMatériel de chantierTerrassementFrance entièreTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réglementation technique
Matériel de chantier
Terrassement
France entière
Technique
Gros œuvre
Valider

Avec son godet de 1,8 t, cette chargeuse est la plus grosse du catalogue Atlas.

Les chargeuses Atlas Weycor  ex-Atlas tout court (lire ci-contre)  sont de petits modèles destinés aux travaux urbains où ils jouissent d’une excellente réputation et des bonnes parts de marché qui vont avec. Mais leur dernière-née, la 105e, la plus grosse qu’ils aient jamais fabriquée, n’a pas sa place en centre-ville. « Elle se positionne à mi-chemin entre le matériel urbain et le matériel de terrassement », admet Helmut Lorch, le directeur général. À cela s’ajoute une spécificité d’Atlas Weycor : un rapport poids/puissance particulier. C’est une machine de 9,5 t équipée d’un godet de 1 800 l disposant d’un moteur Deutz de 105 kW. « Chez nos concurrents, une telle puissance accompagne des chargeuses plus grosses. Pour nous, elle permet surtout d’aller plus vite, et c’est ce que nos clients demandent. » Car la 105e est proposée en version « high-speed », capable de rouler à 40 km/h, ce qui est interdit en France sur la voie publique, mais légal à l’intérieur d’un chantier ou d’une plateforme de recyclage. À ce surcroît de puissance s’adjoignent d’autres particularités d’Atlas Weycor, comme une articulation doublée d’une rotule, des points de fixation du godet très écartés l’un de l’autre, un tablier à verrouillage hydraulique en standard, un frein de parc automatique. De plus, le bouchon du réservoir de carburant se situe sous le capot de la machine qu’il faut ouvrir pour pouvoir faire le plein. Une protection qui s’avère très efficace contre les vols nocturnes...

PHOTO - 784234.BR.jpg
PHOTO - 784234.BR.jpg - © gilles Rambaud

Les chargeuses Atlas prennent le nom d’Atlas Weycor. En ajoutant ce suffixe, le fabricant allemand espère se différencier d’un autre Atlas : le fabricant de pelles. Deux marques éponymes car liées dans le passé. En 2001, seules les pelles ont été vendues au groupe Terex qui, à son tour, les revend dix ans plus tard à un investisseur. Elles ont, depuis, repris le nom d’Atlas. Or c’est cette société qui a racheté les chargeuses Terex l’année dernière. Voici donc deux noms identiques pour des chargeuses qui n’ont rien à voir. S’appeler Atlas Weycor est, pour l’une, un moyen de se distinguer de l’autre.

PHOTO - 784235.BR.jpg
PHOTO - 784235.BR.jpg - ©

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur